Moyen-Atlas : Un MRE organise une opération d’aide humanitaire pour le village d’Angfou

Moyen-Atlas : Un MRE organise une opération d’aide humanitaire pour le village d’Angfou

Chaque année, c’est le même scénario. Les habitants des villages enclavés des montagnes de l’Atlas doivent affronter un hiver glacial. Un hiver particulièrement difficile à supporter surtout pour les bébés et les plus jeunes enfants. Pour aider ces populations à surmonter ce froid, des centaines de bénévoles marocains s’activent en ce moment pour récolter le plus de dons possibles, des denrées alimentaires, vêtements et couvertures qui seront distribués aux villageois dans une dizaine de jours.

Les 12 et 13 janvier prochain est prévue une opération humanitaire destinée à distribuer des colis de nourriture, des vêtements et des couvertures aux habitants du village enclavé d’Angfou perché à 1600 mètres d’altitude dans l’Atlas. Des centaines de bénévoles au Maroc et partout dans le monde se sont mobilisés et s’activent à l’heure actuelle pour récolter le plus de dons possibles. Une opération qui intervient quelques jours après la mort d’un bébé dans le village d’Angfou. Alors que les parents affirmaient que leur bébé était décédé après avoir attrapé froid, le ministère de l’Intérieur démentait, lui de son coté, la raison de sa mort. Il avançait que « ce décès était naturel consécutivement à une maladie de courte durée ». D’après les militants des droits de l’Homme sur place, 4 autres bébés seraient également morts de froid. Une information démentie également par le ministère de l’Intérieur.

Des MRE des quatre coins du monde mobilisés

C’est Allae Hammioui, un Marocain Résident à l’étranger qui est derrière cette initiative. « Tout a commencé l’année dernière lorsque j’ai lu un article sur la mort d’un bébé dans le village d’Angfou, une mort qui avait été démentie par le ministère de l’Intérieur. ». « Cela m’a touché et je me suis dit que c’est tout de même inacceptable de voir des gens mourir de froid au Maroc en 2012. C’est donc sans réfléchir que j’ai décidé de lancer cet évènement. », poursuit-il.

Après avoir créé une simple page sur Facebook pour sensibiliser et projeter de lancer une opération en soutien aux populations du village, l’initiative a très vite pris. La page a circulé sur le net et les gens ont très vite fait part de leur envie à participer à cette opération. En moins de 24 heures, des Marocains de partout dans le monde, du Japon au Canada en passant par l’Europe, ont contacté Allae pour lui dire qu’ils avaient envie de participer à l’opération. Certains de ces MRE n’ont pas hésité à envoyer de l’argent qui a permis d’acheter des vivres. D’autres Marocains se sont mobilisés dans leur pays d’accueil pour récolter de la nourriture et des vêtements qu’ils ont envoyé par containers ou par bus au Maroc.

10 tonnes de nourritures collectées

Au royaume, des dizaines de bénévoles se démènent pour récolter de leur coté le plus de dons possibles. « Nous avons également un Marocain qui a souhaité conserver l’anonymat et qui va mettre à notre disposition un camion de transport de 40 tonnes pour acheminer les colis et les dons au village à Angfou », précise Allae. Aujourd’hui près de 10 tonnes de nourriture, comme des légumes secs, du sucre, de la farine ou de l’huile ont été récoltés ainsi que près de 3 tonnes de vêtements. Toute cette marchandise est entreposée actuellement dans le garage de la maison de Selwa Zine à Rabat, la directrice du projet sur le Maroc. C’est cette dernière qui a réussi à décrocher les autorisations auprès de la préfecture de Midelt pour acheminer ces dons aux populations du village. Cependant, pour éviter que les villages voisins d’Angfou se sentent frustrés de ne rien recevoir, l’équipe de bénévoles prévoit de se rendre également dans les villages voisins pour distribuer une partie de ces dons.

« Je ne fais pas de politique ! »

un militant amazigh expliquait que ce n’était pas de charité dont avaient besoin les populations de ces villages mais que le gouvernement lance au plus vite un plan d’urgence pour créer des infrastructures afin de désenclaver les villages. « Moi, je ne rentre pas dans la politique ! », lance Allae Hammioui. « En tant que citoyen marocain, je me sens concerné par ce que vivent mes concitoyens de ces villages. Je fais ce que je peux selon mes moyens. Et si chacun fait un petit peu, on peut changer les choses », ajoute-t-il. « Crier la journée et se plaindre que le gouvernement ne fait rien et aller dormir le soir dans un lit bien chaud, ne va pas améliorer les choses. Vous savez, je vis depuis un an et demi à Paris et je vois des gens dormir dans le métro ou sous les ponts alors que la France est l’un des pays les plus riches du monde. C’est en aidant ces gens que j’affirme ma citoyenneté marocaine et je ne m’arrête pas à ce que devrait faire le gouvernement ! », conclut-il. De son coté, le ministère de la Santé organise une caravane médicale à partir du 3 janvier prochain vers les villages reculés de l’Atlas qui bénéficiera à plus de 2000 personnes.

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *