Mort d’un marchand ambulant qui s’est immolé par le feu

Mort d’un marchand ambulant qui s’est immolé par le feu

Un marchand ambulant qui a tenté de s’immoler par le feu pour protester contre la confiscation de sa marchandise, est décédé à l’hopital dans la nuit de lundi à mardi à Marrakech, dans le sud du Maroc, selon plusieurs sources.

Mbarek Elkarrassi, 32 ans, avait été transporté à l’hopital de Marrakech samedi matin.

« Les autorités locales ont confisqué sa charrette chargée de vieux meubles qu’il vendait pour gagner sa vie. C’est le sentiment d’injustice qui l’a poussé à tenter de s’immoler », a déclaré Mohammed Ghelloussi, représentant de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Marrakech.

« Les brûlures ont atteint son visage, son ventre et ses mains. Il a été transporté à l’hopital samedi matin mais il est décédé dans la nuit », poursuit M. Ghelloussi.

Contacté par l’AFP, le ministère de l’Intérieur n’était pas joignable.

Mbarek Elkarrassi « achetait des vieux meubles et les revendait grâce à sa charrette » dans les quartiers populaires de Marrakech, explique son beau frère Abdelali Idrissi.

« C’est le caïd (représentant local de l’Etat) du quartier Essâada qui lui a confisqué sa marchandise et sa charrette », précise encore M. Idrissi joint par téléphone par l’AFP.

Une dizaine de personnes ont succombé à leurs blessures après avoir tenté de s’immoler par le feu sur fond de protestations lancées en février 2011 dans le sillage du Printemps arabe.

Ce type d’action s’est répandu dans les pays d’Afrique du Nord depuis l’immolation d’un protestataire tunisien en décembre 2010, qui avait déclenché le Printemps arabe en Tunisie, puis en Egypte et en Libye.

Officiellement fixé à 9,1%, le taux de chomage au Maroc cache des chiffres alarmants: 27% de diplomés de l’université sont sans travail, selon l’agence marocaine pour l’emploi.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *