Mort de Abdellah Baha dans un accident ferroviaire (Allah Yra7mo)

Le ministre d’Etat Abdellah Baha, un des plus proches collaborateurs du chef du gouvernement marocain Abdelilah Benkirane, est mort dimanche soir dans un accident, a-t-on appris auprès d’un responsable du Parti Justice et développement (PJD, islamiste), dont il était un des principaux dirigeants.

« L’accident est survenu vers 18h00 dans la ville de Bouznika. Il a été percuté par un train qu’il n’a pas vu au moment de traverser la voie », a indiqué à l’AFP le vice-secrétaire général du PJD, Slimane El Amrani, qui s’est rendu sur les lieux de l’accident, entre Rabat et Casablanca (nord-ouest).

Selon un communiqué de son parti, le choc s’est produit alors que le ministre d’Etat était sorti de son véhicule.

Ce décès a été confirmé dans un communiqué distinct par le ministère de l’Intérieur, qui a mentionné « un accident ferroviaire ». « La Gendarmerie royale a ouvert immédiatement une enquête pour déterminer les circonstances exactes de l’accident », selon la même source.

Plusieurs ministres se sont également rendus sur place, tandis que les hommages ont rapidement afflué. D’après la page officielle du PJD sur Facebook, les obsèques auront lieu mardi.

Agé de 60 ans, Abdellah Baha était surnommé la « boîte noire » du PJD par les médias en raison de sa place stratégique au sein du parti, sa connaissance des dossiers politiques et sa grande proximité avec Abdelilah Benkirane.

Dirigeant historique de la formation islamiste, ce natif du Souss (sud-ouest) était à ce titre également qualifié de « bras droit » du chef du gouvernement, dont il fut l’un des premiers compagnons de route, durant les décennies d’opposition.

Dans un récent entretien au site d’informations Media24, M. Benkirane racontait leur première invitation commune par Hassan II, au cours des dernières années du règne du père de l’actuel souverain, Mohammed VI.

Abdellah Baha a notamment occupé le poste de secrétaire général adjoint du parti islamiste et a un temps dirigé le journal Attajdid, quotidien du Mouvement Unicité et Réforme (MUR), proche du PJD, dont il a également été membre du bureau exécutif.

Depuis 2002, il était représentant (député) de Rabat-Chellah, une des principales circonscriptions électorales de la capitale.

Son parti, le PJD, dirige une coalition gouvernementale depuis un succès historique aux élections législatives de fin 2011, dans le contexte du Printemps arabe.

http://youtu.be/h9Z-Erx_2oU

Mots Clefs:
GouvernementMaroc

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *