Mohammed VI en visite au États-Unis le 22 novembre

Mohammed VI en visite au États-Unis le 22 novembre

Barack Obama recevra le roi Mohammed VI du Maroc à la Maison Blanche le 22 novembre, a annoncé jeudi la présidence des Etats-Unis.

Il s’agira de la première visite du souverain alaouite au siège de l’exécutif américain depuis que M. Obama s’y est installé il y a près de cinq ans.

Le roi, qui a accédé au pouvoir en 1999, avait été reçu à Washington par les prédécesseurs de M. Obama, George W. Bush et Bill Clinton, respectivement en 2002 et 2000.

Lors de cette visite, M. Obama a notamment l’intention de discuter avec son hôte de « la lutte contre l’extrémisme violent, (du) soutien aux transitions démocratiques et (de) la promotion du développement économique au Moyen-Orient et en Afrique », a précisé le porte-parole de la Maison Blanche dans un communiqué.

De même source, « cette visite soulignera l’amitié de longue date entre les Etats-Unis et le Maroc, et renforcera notre partenariat stratégique ». M. Obama veut aussi évoquer avec le roi « le soutien (américain) aux réformes démocratiques et économiques du Maroc ».

Le principe de cette visite avait été évoqué en mai dernier, lorsque le président Obama et le monarque s’étaient entretenus au téléphone.

A l’époque, la présidence américaine avait indiqué que M. Obama avait « invité le roi (…) à Washington et a dit être impatient de poursuivre leur conversation en personne ».

Au Palais Royal de Rabat, on avait précisé que cette conversation avait eu lieu à la suite d’un « échange de lettres » entre Mohammed VI et M. Obama lié au dossier du Sahara occidental, une ex-colonie espagnole contrôlée par Rabat.

En avril, les Etats-Unis avaient un temps proposé que le mandat de la mission des Nations unies dans la région, la Minurso, soit élargi aux droits de l’homme. Mais ce projet avait été vivement contesté par Rabat, qui avait décidé de reporter sine die un important exercice militaire bilatéral.

Fin avril, la mission de l’ONU, notamment chargée de surveiller un cessez-le-feu depuis 1991, a finalement été prolongée pour un an par le Conseil de sécurité des Nations unies sans modification de son mandat.

Le Maroc propose une autonomie sous sa souveraineté pour le Sahara occidental, mais ce plan est rejeté par les indépendantistes du Polisario, soutenus par l’Algérie, qui réclament un référendum d’autodétermination.

L’annonce de la visite intervient au lendemain d’un discours du roi Mohammed VI commémorant la « Marche verte » sur le Sahara occidental décidée par son père Hassan II en 1975. Le roi s’en est pris par allusion à l’Algérie, mais a aussi semblé viser les Etats-Unis.

« Y a-t-il une crise de confiance entre le Maroc et certains centres de décision chez ses partenaires stratégiques, concernant la question des droits de l’homme » au Sahara?, a-t-il demandé.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry est attendu en début de semaine prochaine à Rabat, dans le cadre d’une tournée régionale.

Le Maroc fait partie depuis 2004 des « alliés majeurs non-OTAN » des Etats-Unis, au même titre que l’Australie, le Japon, ou encore Bahreïn et l’Egypte, un statut privilégié qui permet notamment la levée de restrictions sur des ventes d’armements.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *