Me Ramid, vous êtes bien le chef du parquet, non ?

Me Ramid, vous êtes bien le chef du parquet, non ?
0 commentaires, 27/09/2012, Par , Dans Chroniques, Couverture

Le ministre de la Justice et des Libertés M. Mustapha Ramid a reconnu, dans une importante interview accordée à Akhbar Alyoum (entretien intégral), l’existence d’abus commis par les forces de l’ordre dans leurs interventions contre les mouvements sociaux enregistrés dans nombre d’espaces publics.

En disant cela, Me Ramid, en sa qualité de ministre de la Justice, pose une problématique politique et juridique très complexe. D’abord et en premier lieu, l’homme admet sans problème l’existence de pratiques connues, mais en disant cela – et nous reconnaissons à Me Ramid son intégrité personnelle et sa fidélité à ses engagements – il soulève un grand problème car ces propos ont été tenus par un ministre du gouvernement qui permet et entérine ce genre de dépassements et d’abus. Ensuite, cette reconnaissance émane d’un ministre qui est le supérieur hiérarchique du parquet, sans que nous n’ayons entendu un jour qu’un procureur ait enquêté sur ces atteintes aux droits ou ait ouvert une quelconque enquête. Aussi, le parquet, dont les responsables ont dû lire les propos de leur chef, n’a plus d’autre alternative que d’ordonner aux services concernés d’enquêter sur le sujet, faute de quoi ce même parquet se serait rendu complice des abus reconnus par le ministre et, de ce fait, serait lui-même passibles de poursuites.

La reconnaissance des faits par Me Ramid soulève une autre problématique, mais d’ordre politique cette fois, et particulièrement complexe ; en effet, le ministre de la Justice admet des abus par des forces de l’ordre qui relèvent d’un autre ministre, lequel ministre appartient donc au même gouvernement que celui de la Justice – forcément – et les deux responsables se retrouvent chaque semaine autour d’une même table, celle du Conseil du gouvernement, et donc, nous serions en droit de nous interroger si les canaux de discussion et de concertation sont fermés entre les deux ministres… Et que dire du chef du gouvernement qui est le chef du chef des forces de l’ordre qui commettent des abus et portent atteinte aux droits des citoyens ?… Ce même chef du gouvernement qui avait fait montre dans le passé, lors de plusieurs de ses sorties médiatiques, de réalisme et d’objectivité en affirmant et en réaffirmant l’obligation de légalité des interventions de la force publique.

Par Dieu, Ramid a parlé comme l’homme de bien et de valeurs qu’il est et qui ne laisse rien passer qui soit contraire au droit, mais aujourd’hui le même homme est ministre dans un gouvernement qui gagnerait à parler d’une seule et même voix et à adopter une méthodologie unique dans la manière de se comporter face à de tels évènements douteux.

Mots Clefs:
Gouvernement

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *