Marrakech : Un couple de vieillards vivant dans la misère

Marrakech : Un couple de vieillards vivant dans la misère

Deux organisations françaises, qui se trouvent depuis lundi à Marrakech, ont lancé une mobilisation en faveur d’un couple de vieillards vivant dans le dénuement le plus total dans cette ville du sud du Maroc.

Mahjoub et Fatna, des septuagénaires, vivent dans une minuscule pièce obscure au toit de paille, dans un quartier populaire de la ville. Sans la moindre famille proche, ils ne peuvent compter que sur le voisinage, lui-même sans grands moyens.

Leur sort a fait l’objet, il y a quelques semaines, d’un reportage de la chaîne publique 2M, et a entraîné la mobilisation de « Help Doctors », une ONG basée à Lille (nord) spécialisée dans l’urgence humanitaire, et « Regardez », qui tente de mobiliser sur des situations dramatiques au travers de la photo.

Selon les responsables de ces ONG, ce couple est « dans une situation dramatique: il vit depuis un demi-siècle dans cette sorte de cave, et le monsieur est invalide ».

Si le vieil homme est désormais aveugle, son épouse doit subir prochainement une opération aux yeux.

Celle-ci sera prise en charge par un champion français de free-fight, Cheick Kongo, qui a interrompu sa préparation à un combat aux Etats-Unis afin d’accompagner les deux ONG au Maroc.

Un donateur marocain a par ailleurs « décidé de racheter l’endroit pour tout reconstruire », ont indiqué les responsables d’ONG, selon qui il y a sans doute « d’autres Fatna et Mahjoub ». « On veut faire passer le message aux gens de ne pas hésiter à alerter sur ce type de situation », ont-ils clamé.

« On ne pouvait pas se permettre de laisser ce couple à l’abandon. On pense à nos propres grand-parents », a pour sa part déclaré Cheick Kongo.

Le Maroc connaît depuis quelques années un vieillissement inédit de sa population. Selon une étude du Haut commissariat au plan (HCP), un organisme officiel, la part des plus de 60 ans devrait passer de 8,1% en 2004 à 15,4% en 2030 soit près de six millions de personnes.

Leur prise en charge repose essentiellement, à l’heure actuelle, sur la « solidarité intergénérationnelle », qui est forte au Maroc, mais pourrait à l’avenir être menacée, selon le HCP.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *