Marrakech : nouveau report, au 30 novembre, au procès de Pédophilie

Marrakech : nouveau report, au 30 novembre, au procès de Pédophilie

Le procès de deux Marocains accusés de complicité dans une affaire de pédophilie impliquant un hotelier français a été une nouvelle fois reporté, au 30 novembre, vendredi à Marrakech (sud), en l’absence de plusieurs témoins, qui n’ont pu être contactés selon le tribunal.

Les deux Marocains poursuivis sont d’anciens chauffeurs de Patrick Finet, ex-gérant d’un hotel de luxe qui a quitté le Maroc en août 2011 et se trouve actuellement en Europe. Ils sont poursuivis pour « aide à la prostitution » et « participation à l’exploitation d’enfants ». Un seul reconnaît les faits.

S’agissant de M. Finet, il a bénéficié d’un « non-lieu et n’a jamais été cité à quelque audience que ce soit », selon ses avocats, estimant que leur client est l' »otage d’un chantage commercial ».

La chaîne JK Hotel, en litige avec le groupe Mandarin Oriental, employeur de Patrick Finet, réfute toutefois cette affirmation, arguant qu’un « mandat d’arrêt national court toujours ». Elle dit s’être constituée partie civile.

Vendredi matin s’est tenue la troisième audience, lors de laquelle le tribunal a constaté l’absence de plusieurs témoins. Il a, en conséquence, décidé d’un nouveau report, au 30 novembre, selon un correspondant de l’AFP.

Présente lors de chaque audience, l’association « Touche Pas à mon enfant » s’est elle aussi constituée partie civile et a sollicité l’émission d’un mandat d’arrêt international auprès du procureur général. Contactée par l’AFP, sa présidente, Najat Anwar, a indiqué n’avoir pas eu de réponse à ce jour.

« Nous demandons à la justice marocaine de faire le nécessaire pour arrêter ce monsieur dans le cadre des conventions bilatérales pour qu’il vienne s’expliquer », a déclaré vendredi l’avocat de l’association, Me Moustapha Errachdi.

Les faits remontent à plus d’un an. Selon Mme Anwar, « des milliers de photos et clichés pornographiques montrant notamment des enfants » ont été retrouvés sur l’ordinateur resté au Maroc du Français, en septembre 2011.

Ils ont été découverts à la suite d’une plainte déposée contre Patrick Finet, dans le contexte du différend commercial entre chaînes hotelières.

Après plusieurs mois en détention préventive, les deux chauffeurs sont désormais en liberté provisoire, en l’absence de jugement, comme le stipule la loi marocaine.

Mots Clefs:
MarocPédophilie

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *