Marrakech : Construction d’un parking à étages

Marrakech : Construction d’un parking à étages

A l’instar de plusieurs villes marocaines, le trafic routier à Marrakech fait face à plusieurs contraintes dont l’embouteillage des voitures garées dans les artères de la ville ou celles se déplaçant d’un quartier à l’autre, notamment dans les zones à proximité de la mythique Place Jemaâ El Fna.

Dans l’objectif de surmonter ces contraintes et leurs répercussions négatives sur la ville dont l’économie est basée sur le tourisme (culturel, sportif, des affaires et des conférences), le Conseil communal de la ville de Marrakech a approuvé récemment le projet de construction, sur près d’un hectare, d’un parking de plusieurs étages dans la région Arsat Maâch adjacente à la mythique place Jemaâ El Fna.

Selon le président du Centre de développement de la région Tensift-Forum de Marrakech (CDRT), Ahmed Chebouni, cette initiative est de nature à alléger la pression que connaissent certains axes routiers et surmonter les problèmes dont souffrent les citoyens notamment les litiges avec les gardiens de parkings.

Ce projet, qui aura un impact positif sur la Cité ocre, permettra d’améliorer l’image de Marrakech aux niveaux national et international, d’autant plus que la ville s’apprête à accueillir la COP 22 du 07-18 novembre prochain, a-t-il fait remarquer.

Les populations de la cité ocre aspirent à voir ce projet contribuer à alléger leurs souffrances particulièrement au niveau des principales artères et ceux menant à la place Jemaâ El Fna, et améliorer ainsi la mobilité dans la ville à même d’encourager les touristes à se déplacer avec aisance pour se rendre aux sites touristiques et jardins historiques de la ville.

Le Conseil communal entend également réaliser, dans la même zone, d’un autre parking dédié aux motos et vélos dans le cadre de projets et mesures prises par ledit conseil.

Ces projets devront permettre de faire face aux problèmes de stationnement à Marrakech et constituer une motivation pour la synergie des efforts des secteurs public et privé afin de trouver des solutions appropriées et efficientes à même de préserver la beauté de la ville ocre, première destination touristique au Maroc.

La ville de Marrakech connaît des problèmes de plus en plus accrues dans la circulation en espace urbain notamment durant les vacances scolaires, les fêtes et l’été, a noté M. Chebouni dans une déclaration à la MAP.

Et d’ajouté que compte tenu des projets d’habitats en cours de réalisation dans la ville, les problèmes liés à l’embouteillage dans la circulation vont s’aggraver davantage, relevant que les motocyclettes, symbole indissociable de la Cité ocre qui compte plus de 170.000 motos et plus de 40.000 vélos, contribuent à augmenter le flux de circulation à travers les principales avenues de la ville.

Les motos et les vélos sont responsables de la majorité des accidents survenus dans l’espace urbain, a noté M. Chehbouni, faisant observer que le non-respect du code de la route et l’absence de civisme contribuent à aggraver cette situation.

Les espaces de stationnement des voitures revêtent une grande importance aux yeux des acteurs concernés par cette problématique, compte tenu de leur rôle décisif dans la fluidité du trafic routier. Ces espaces sont appelés aujourd’hui à relever plusieurs défis résultant de la croissance accélérée du parc automobile dans la ville.

Dans ce contexte, la grande croissance économique que connaît la Cité ocre a contribué à l’augmentation du nombre de véhicules en circulation, d’où l’émergence du problème du stationnement dans les principales artères de la ville, exacerbé par la rareté des parkings à proximité des zones à haut trafic routier.

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *