Maroc: une femme décède lors du démantèlement d’un bidonville

Maroc: une femme décède lors du démantèlement d’un bidonville

Une Marocaine est décédée mardi lors du démantèlement d’un bidonville près de Mohammedia (ouest), entre Rabat et Casablanca, a affirmé à le représentant local de l’Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante).

« Elle est décédée dans l’effondrement de la maison de son frère, à qui elle rendait visite. Lui-même a été grièvement blessé », a déclaré Ali Fakir, de l’AMDH. La victime, mère de deux enfants et dont l’âge n’a pas été précisé, a été transportée à l’hopital, où elle est décédée, a-t-il ajouté.

« Les autorités ont informé les habitants que le démantèlement commencerait aujourd’hui (mardi) à 10h00 locales, mais contre toute attente elles sont intervenues quatre heures plutot. Les gens ont été pris de court », selon M. Fakir.

Contacté par l’AFP, un responsable de la préfecture de Mohammedia n’a pas souhaité s’exprimer sur cette affaire.

Au total, « 26 logements considérés comme illégaux par les autorités locales ont été détruits ce matin (mardi matin, ndlr), dans le bidonville de Brahma 2, près de Mohammedia », a précisé M. Fakir.

Le Maroc, pays de près de 35 millions d’habitants, a lancé en 2004 un programme « villes sans bidonvilles » dont doivent bénéficier près de deux millions de personnes. Celui-ci avait atteint fin 2012 un taux de réalisation de 70%, selon un rapport officiel.

Toutefois, à cette date, près d’un citadin marocain sur six restait privé d’un logement « décent », selon le ministre de tutelle Mohamed Nabil Benabdallah.

D’ici fin 2013, 13 nouvelles villes doivent être déclarées sans bidonvilles, a-t-il récemment indiqué.

A l’échelle de l’Afrique, le nombre d’habitants des bidonvilles a dépassé le milliard en 2011 et pourrait doubler d’ici 2030.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *