Maroc : Le crash de l’F-16 due à un problème technique

Maroc : Le crash de l’F-16 due à un problème technique

La chute d’un avion de combat F-16 marocain au Yémen est due à un problème technique ou à une erreur humaine, et non à des tirs ennemis, a affirmé mardi à l’AFP le porte-parole de la coalition, alors que le sort du pilote reste incertain.

« Nous sommes vraiment sûrs que l’avion n’a pas été abattu », a déclaré à l’AFP le général de brigade Ahmed al-Assiri, précisant que le pilote, porté disparu, évoluait en formation avec d’autres appareils. Ces derniers « n’ont noté aucun tir au sol » en direction du F-16, a-t-il indiqué.

« Nous demandons aux milices (houthies) de se montrer responsables s’il est en vie, et (de restituer) son corps s’il est mort », a ajouté M. Assiri.

Les rebelles chiites Houthis ont annoncé lundi avoir abattu un avion de la coalition, peu après que le Maroc, membre de cette coalition, eut rapporté que l’un de ses avions de combat avait été porté disparu au Yémen.

La télévision Al-Massirah des rebelles a montré les débris de ce qui semble être un avion portant la marque du drapeau marocain et d’autres images d’un corps au milieu des décombres.

Dans un communiqué, les Forces armées royales marocaines (FAR) ont appelé mardi matin à ne pas tirer de conclusions hâtives, affirmant que « l’authentification du flot d’informations » était toujours en cours.

« La confirmation qu’il s’agit du pilote et de l’avion disparus est rendue difficile par le fait que le lieu du crash se trouve en zone ennemie », ont-elles ajouté.

Interrogée par des médias à son domicile de Casablanca, la famille du lieutenant Yassine Bahti, 26 ans, a dit garder l’espoir qu’il soit toujours en vie.

« J’espère que mon fils est en vie et qu’il retrouvera sa terre natale au plus vite », a dit à l’AFP son père, Nordine Bahti, un instituteur.

« S’il est vivant qu’ils me le ramènent, s’il est mort qu’ils me le ramènent également. Moi je veux mon fils, c’est tout ce que je veux », a renchéri sa mère, Rachida Hadidi, très émue.

Mots Clefs:
MarocMarocains

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *