Maroc : L’anglais obligatoire à l’université pour certaines filières

Maroc : L’anglais obligatoire à l’université pour certaines filières

Le Maroc va rendre obligatoire la maîtrise de l’anglais à l’université pour le corps enseignant comme pour les étudiants de certaines filières, ont rapporté mercredi des médias locaux en citant le ministre de l’Enseignement supérieur.

Dès janvier, « les enseignants ainsi que les étudiants inscrits dans certaines matières scientifiques seront tenus de maîtriser l’anglais, devenue langue d’enseignement et des sciences par excellence », a affirmé le ministre Lahcen Daoudi, selon l’agence MAP.

Selon lui, une circulaire a été adressée dans ce sens aux « universités concernés ». Les modalités de mise en oeuvre de la mesure au sein des 400 établissements universitaires du royaume n’ont en revanche pas été précisées.

Sollicité par l’AFP, le ministère de l’Enseignement supérieur n’a pas souhaité faire d’autre commentaire.

« L’anglais obligatoire. Oui, mais comment? », a titré mercredi le quotidien Aujourd’hui Le Maroc. « Enseignement supérieur: Daoudi fait la chasse aux cancres de l’anglais », avançait pour sa part L’Economiste, selon qui « le ministre menace d’interdire aux professeurs d’enseigner s’ils ne maîtrisent pas cette langue ».

Selon le même journal, la mesure a notamment été prise « pour permettre aux enseignants de consulter rapidement les ouvrages scientifiques, qui sont généralement rédigés en anglais », sans attendre « la traduction française qui peut prendre jusqu’à 10 ans ».

Si la Constitution marocaine de 2011 reconnaît deux langues officielles (l’arabe et le berbère), l’enseignement universitaire se fait essentiellement en arabe et en français, voire en espagnol.

Au niveau du secondaire, le Maroc a par ailleurs annoncé en début d’année le développement d’un « Baccalauréat international » option français, espagnol ou anglais.

En 2014-15, 82 lycées publics abriteront ainsi des classes préparant au bac option français, une langue qui compte environ 10 millions de locuteurs dans le royaume, selon des chiffres de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

Mots Clefs:
EducationMaroc

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *