Maroc : La CDG, Redal et Maroc Telecom … doivent des millions au fisc

Maroc : La CDG, Redal et Maroc Telecom … doivent des millions au fisc
0 commentaires, 06/12/2012, Par , Dans Economie

Le débat parlementaire autour de la nouvelle loi de finances marocaine dévoile le pot au roses. Une liste non-exhaustive des sociétés qui ne paient pas la totalité de leurs impots à l’Etat a été livrée, hier, par le président du groupe PAM à la Chambre haute du parlement. La CDG, l’ONDA, Bank al Maghrib, mais auss Redal et Maroc Telecom, notamment, doivent plusieurs dizaines de millions de dirhams au fisc.

Le Projet de Loi de Finances (PLF) a entamé, mercredi 5 décembre, son examen à la Commission des finances de la Chambre des conseillers. Son passage s’y annonce périlleux car le PJD n’y détient pas la majorité. Toutes les options sont, donc, ouvertes y compris un rejet du PLF. Mais, concernant les lois organiques, c’est la 1er Chambre qui a le dernier mot. En attendant l’issue du vote, attendue vers la fin du mois, l’opposition a commencé, dès mercredi, à tirer à boulets rouges sur le gouvernement.

Le groupe PAM, première force politique à la 2e chambre en est l’initiateur. Son président Hakim Benchemmach, en présence de Nizar Baraka et Driss Azami Idrissi, respectivement ministres des Finances et du Budget, a dénoncé le laxisme des autorités qui ne parviennent pas à contraindre, cette année, certaines entreprises publiques et privées à payer leurs impots.

L’ONDA, Redal, Maroc Telecom …

Chiffres à l’appui, le conseiller a révélé que jusqu’au 1er septembre, la CDG (Caisse de Dépot et de Gestion) n’a pas encore réglé les 500 millions de dirhams qu’il doit le département des Finances au titre de l’exercice 2012. Un exemple qui est loin d’être un cas isolé. L’Office National Des Aéroports (ONDA), également public, suit religieusement les traces de la CDG. Il doit au fisc la somme de 225 millions de dirhams. L’Office des changes, Banque Al Maghrib et l’OPCDVM (Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières, gendarme de la Bourse de Casablanca) complètent la liste des sociétés étatiques avec respectivement 125 millions, 55 millions et 50 millions de dirhams.

En tout, ce sont 955 millions de dirhams qui échappent actuellement aux caisses de l’Etat. Un montant auquel il faut ajouter, comme le souligne le conseiller Hakim Benchemmach, les 150 millions de dirhams de la compagnie française Redal, filiale de Véolia, qui gère la distribution de l’eau et électricité à Rabat et les 50 millions de dirhams dus par Maroc Telecom.

La CDG dans la ligne de mire du PAM

Durant son intervention devant les membres de la Commission des finances à la Chambre des conseillers, le président du groupe PAM a dénoncé le net recul des bénéfices de la CDG en 2011. Les quels se s’élèvent à 800 millions de dirhams contre 914 millions en 2010. Hakim Benchemmach n’a fait que répéter un chiffre donné, le 16 avril, par le directeur du pole financier à la CDG, Omar Lahlou, lors d’une conférence de presse à Rabat.

Hakim Benchemmach a, par ailleurs, brandi la menace de révéler davantage de détails sur la gestion de la CDG. Ce ne sont pas les informations de première main qui lui feront défaut : l’actuel président du PAM, Mustapha Bakouri, a dirigé cette entreprise publique de 2001 à 2009.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *