Maroc : La justice ordonne l’arrestation du responsable du journal électronique Lakome

Maroc : La justice ordonne l’arrestation du responsable du journal électronique Lakome

La justice marocaine a annoncé mardi avoir délivré un mandat d’arrêt contre le directeur d’un site d’informations, Lakome, pour la diffusion d’une vidéo d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) incitant « à commettre des actes terroristes dans le royaume ».

« Suite à la diffusion par le journal électronique Lakome d’une vidéo attribuée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), comprenant un appel clair et une incitation directe à commettre des actes terroristes dans le royaume du Maroc, le parquet général a donné ses instructions à la police judiciaire pour procéder à l’arrestation du responsable (…) pour investigation », a indiqué dans un communiqué le procureur général du roi.

« Les procédures judiciaires adéquates seront appliquées à la lumière des résultats de l’investigation », est-il précisé.

le directeur de Lakome, Ali Anouzla, était injoignable, au même titre que d’autres responsables du site. Selon des médias marocains, M. Anouzla aurait déjà été interpellé et serait actuellement interrogé.

La vidéo en question, diffusée en fin de semaine dernière par Aqmi, est intitulée « Maroc: le royaume de la corruption et du despotisme » selon Lakome, site indépendant qui dispose de deux versions, en arabe et en français.

Cette vidéo, qui appelle au jihad et fustige la monarchie marocaine, a depuis été supprimée par Youtube pour non respect des règles en matière de « violence ».

La décision de Lakome de se faire l’écho de ce message d’Aqmi avait été vivement critiquée lundi par le quotidien L’Opinion dans une tribune intitulée « Les +porte-voix+ d’Aqmi au Maroc ».

« Il faut être fou à lier ou chercher sciemment à se faire embastiller pour commettre une telle bavure », avait estimé en une le journal, selon qui « un média grand public ne peut se permettre de reproduire des appels au terrorisme ».

Le Maroc a été l’objet de plusieurs attentats ces dix dernières années, dont ceux de Casablanca, en mai 2003. Perpétrés par 12 kamikazes originaires d’un bidonville de la capitale économique, ils avaient fait 33 morts.

Les autorités du royaume annoncent régulièrement le démantèlement de « cellules terroristes », pour la plupart liées à Al-Qaïda.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *