Maroc Gouvernement : Nomination des nouveaux ministres (BIOGRAPHIE)

Maroc Gouvernement : Nomination des nouveaux ministres (BIOGRAPHIE)

Après des mois de tractations, le parti au pouvoir au Maroc est parvenu à former un nouveau gouvernement, dans lequel ils sont désormais en minorité alors que des réformes économiques importantes doivent être menées.

Ce remaniement intervient trois mois après le retrait en juillet dernier de l’Istiqlal, le principal allié des islamistes du Parti justice et développement (PJD) dans l’ancienne coalition gouvernementale.

Le PJD, cantonné durant des décennies dans l’opposition avant de remporter un succès historique lors des législatives de novembre 2011 dans le contexte du Printemps arabe, s’est retrouvé fragilisé par le départ de l’Istiqlal. Le parti a du faire de sérieuses concessions pour convaincre le Rassemblement national des indépendants (RNI) de faire partie de la nouvelle coalition gouvernementale.

Saad-Eddine El Othmani, ancien député et l’un des dirigeants du PJD, a ainsi abandonné le ministère des Affaires étrangères au profit du chef du RNI, Salaheddine Mezouar.

Le roi Mohammed VI, qui a nommé le nouvel exécutif lors d’une cérémonie officielle au palais royal de Rabat en fin d’après-midi, doit s’exprimer vendredi devant les députés à l’ouverture de la session d’octobre du Parlement.

Le nouveau gouvernement, dont l’annonce a été reportée plusieurs fois, comprend par ailleurs six femmes au lieu d’une seule dans l’ancienne équipe.

En minorité dans l’actuel gouvernement remanié, le PJD doit surtout mener d’importantes réformes économiques, dans un pays qui a connu en 2012 une aggravation de son déficit (plus de 7% du PIB), et où l’emploi des jeunes reste un enjeu économique majeur.

Il faut notamment « retrouver l’équilibre macro-économique », et mener « la réforme de la Caisse de compensation et les réformes fiscales », estime le politologue Mohammed Tozy.

La caisse de compensations, en cours de réforme, subventionne à grand frais des produits de base.

Très critiqué par le roi cet été, le portefeuille de l’Education nationale a vu le remplacement, à sa tête, de Mohammed El Ouafa, un ancien membre du parti de l’Istiqlal, par Rachid Belmokhtar, un technocrate sans appartenance partisane.

Les jeunes « demeurent confrontés à certaines contraintes dans leur vécu ou dans leurs perspectives d’avenir », avait déclaré le roi en août à propos de la réforme de l’enseignement, réclamant des « des stratégies propres à préparer nos jeunes pour des lendemains meilleurs ».

Le problème du chômage des jeunes est également évoqué par M. Mezouar, avec lequel le chef du gouvernement islamiste Abdelilah Benkirane avait mené l’essentiel des tractations.

« Le nouvel exécutif devrait répondre aux attentes des citoyens, oeuvrer particulièrement en faveur des jeunes et lutter contre les disparités sociales », a indiqué le nouveau ministre des Affaires étrangères après la nomination du nouveau gouvernement.

Le gouvernement est plus étoffé que le précédent, avec 39 ministres contre 31.

Le ministère de l’Intérieur est désormais dirigé par le technocrate Mohamed Hassad, assisté par un autre indépendant, le ministre délégué Cherki Draiss, tous deux d’anciens hauts fonctionnaires du même département.

Malgré sa victoire historique aux législatives fin 2011, le PJD, ne disposant pas de la majorité, a du former une coalition hétéroclite au sein de laquelle figuraient l’Istiqlal mais aussi le Mouvement populaire (MP) et le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS).

M. Benkirane a mené tout l’été des négociations avec le Rassemblement national des indépendants (RNI, libéral) pour pallier au retrait de l’Istiqlal et éviter des élections anticipées.

 

LISTE DES NOUVEAUX MINISTRES

 

Salaheddine Mezouar: ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

Salaheddine MezouarNé le 11 décembre 1953 à Meknès.

M. Mezouar est titulaire d’un Diplôme supérieur pour Dirigeants INSEAD à Fontainebleau (France), d’un diplôme du Cycle supérieur de Gestion de l’Institut supérieur de commerce et d’administration des entreprises (ISCAE) à Casablanca, du diplôme d’Etudes approfondies (DEA) à l’université des sciences sociales de Grenoble (France) et d’un Master en science économique (économie de développement) à la même université.

Entre 1986 et 1991, il a exercé la fonction de chef de division et de chargé de mission à l’Office d’exploitation des Ports (ODEP), avant d’occuper le poste d’administrateur directeur général d’une société privée de textile.

Il a également occupé le poste de président de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH) et président de la Fédération textile et cuir au sein de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

En 2004, il a été nommé ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie.

Le 15 octobre 2007, M. Mezouar a été nommé ministre de l’Economie et des Finances.

En janvier 2010 à Marrakech, il a été élu président du Rassemblement national des indépendants (RNI).

Ancien vice-président du Raja club athletic, il a eu une carrière de sportif en tant que basketteur (capitaine de la sélection nationale).

M. Mezouar est marié et père de deux enfants.


Mohamed Boussaid: ministre de l'Economie et des Finances

Mohamed BoussaidNé le 26 septembre 1961 à Fès. Titulaire d’un diplôme d’ingénieur de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées -ENPC- Paris (option Génie Industrielle) en 1986 et d’un « Master of Business Administration de l’International School of Business de l’ENPC » en 2000.

De 1986 à 1992, M. Boussaid a exercé en tant qu’ingénieur conseil à la Banque Commerciale du Maroc. Il a, par la suite, assuré les fonctions de directeur général adjoint d’une société de production et de négoce des produits chimiques (1992/1994).

De 1994 à 1995, il est chargé de portefeuille à la direction des grandes entreprises à la Banque Marocaine du Commerce et de l’Industrie (BMCI).

Membre du Rassemblement national des indépendants (RNI), M. Boussaid a, en outre, occupé, de 1995 à 1998, le poste de chef du cabinet du ministre des Travaux Publics, puis chef de cabinet du ministre de l’Agriculture, de l’Equipement et l’Environnement.

De 1998 à 2001, il était directeur des programmes et des études au ministère de l’Equipement avant d’occuper entre 2001 et 2004, le poste de directeur des établissements publics et des participations, puis directeur des entreprises publiques et de la Privatisation au ministère des Finances et de la Privatisation.

En 2004, il a été nommé ministre chargé de la modernisation des secteurs publics et en octobre 2007, ministre du Tourisme et de l’artisanat.
En mars 2010, M. Boussaid a été nommé Wali de la région de Souss-Massa-Draa, gouverneur de la préfecture d’Agadir Idda Outanane, puis Wali de la région du Grand Casablanca, Gouverneur de la préfecture de Casablanca en mai 2012.


»Mohamed

Mohamed HassadNé le 17 novembre 1952 à Tafraout.

Diplômé de l’école Polytechnique des ingénieurs de Paris en 1974 et de l’école nationale des ponts et chaussées de Paris en 1976, M. Hassad avait occupé entre 1976 et 1981, le poste de directeur régional des travaux publics dans les provinces de Fès, Taounate et Boulemane.

Il a ensuite occupé le poste de directeur général de l’office national d’exploitation des ports (ODEP) entre 1985 et 1993, avant d’être nommé le 11 novembre 1993, ministre des travaux publics, de la formation professionnelle et de la formation des cadres.

Le 31 janvier 1995, M. Hassad a été nommé PDG de la compagnie Royal Air Maroc avant d’occuper en février 1997 le poste de président de l’association internationale du transport aérien dans les pays francophones.

Le 27 juillet 2001, il a été nommé wali de la région de Marrakech-Tensift-El Haouz, puis en juin 2005, wali de la région de Tanger-Tétouan et gouverneur de la préfecture de Tanger-Asilah.

En novembre 2012, il a été nommé président du Conseil de Surveillance de la Société dénommée +Agence Spéciale Tanger-Méditerranée+.

M. Hassad a été décoré du wissam Al Arch de l’ordre d’officier


Rachid Belmokhtar : ministre de l'Education nationale et de la Formation professionnelle.

Rachid BelmokhtarNé en 1942 à Marrakech.

Après des études secondaires au Lycée Regnault de Tanger et aux classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques, il est admis à l’Ecole nationale supérieure des constructions aéronautiques de Toulouse en France.

Ces études techniques seront complétées par une formation en économie et gestion à l’Institut d’études internationales de Toulouse et à l’Institute for management development en Suisse.

M. Rachid Belmokhtar a exercé dans le secteur de l’informatique, dans une multinationale et dans une société marocaine de consultants. Il a également participé à de nombreuses reprises à des travaux sur l’éducation.

Il est nommé ministre de l’éducation nationale dans les gouvernements présidés par M. Abdellatif Filali, le 27 février 1995 et le 13 août 1997, poste qu’il conservera jusqu’en mars 1998.

Le 25 juin 1998, M. Belmokhtar est nommé par feu SM Hassan II président de l’Université Al Akhawayne.

En 2006, M. Belmokhtar a été nommé par SM le Roi Mohammed VI Président de l’Observatoire de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

Décoré du wissam du trône de l’ordre de chevalier, M. Rachid Belmokhtar est titulaire de distinctions internationales, notamment de l’American Biography Society en 1986, pour ses travaux dans le domaine de l’éducation, et de la médaille de la Fondation Albert Einstein (Etats-Unis) en 1993. Il est chercheur associé à l’Ecole Mohammedia d’Ingénieurs (EMI), membre du conseil de l’Université Mohammed V et du conseil de l’EMI.

En septembre 2005, il a été reconduit membre du comité des experts en administration publique des Nations-Unies (CEPA).

Il est aussi l’auteur de nombreuses publications dans le domaine des sciences, de la technologie et de l’éducation.

M. Rachid Belmokhtar est marié et père de deux enfants.


Hafid El Alamy: ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique.

Moulay Hafid El Alamy

 

 

 

 

 


- Anis Birou : ministre chargé des Marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration.

Anis BirouNé le 10 janvier 1962 à Berkane.

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur statisticien-économiste avec grade d’ingénieur en chef, M. Birou a été chargé de 1982 à 1985 du service statistique et documentation à la direction de la planification et des études au ministère des travaux publics avant d’être nommé chef du service structuration des prix en 1990.

De 1993 à 1995, il a occupé la fonction de conseiller en gestion à la Direction générale de l’hydraulique, puis chef de l’unité centrale d’organisation au ministère des travaux publics de 1995 à 1997.

M. Birou a été désigné chef de cabinet de la secrétaire d’Etat à l’entraide nationale de 1997 à 1998 et chef de cabinet du ministre de l’enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique de 1998 à 2002.

De 2002 à 2003, il a occupé le poste de directeur de l’office national des œuvres universitaires sociales et culturelles, avant d’être nommé, en 2003, secrétaire général du ministère de la modernisation des secteurs publics. Il a occupé ce poste jusqu’au 8 juin 2004, où il a été nommé secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, chargé de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle .

Le 15 octobre 2007, M. Birou est nommé Secrétaire d’Etat auprès du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, chargé de l’artisanat, jusqu’à janvier 2012


Fatema Marouane : ministre de l'Artisanat, de l'Economie sociale et solidaire.

Née en 1952 à  Benslimane.

Mme Marouane est membre du Conseil national du Rassemblement National des Indépendants (RNI) et  du Conseil de la Région du Grand Casablanca.

Elle a participé à l’élaboration du programme du RNI dans les domaines de la santé et de l’enseignement et encadré plusieurs rencontres du Parti.

Lauréate de la faculté de médecine de Lyon (France), Mme Marouane est ex-professeure/chercheure à  la faculté de médecine et de pharmacie à Casablanca, médecin spécialiste en endocrinologie-Diabétologie-Maladies de la nutrition, ancienne chef de service d’Endocrinologie Diabétologie et Nutrition au  CHU Ibn Rochd à Casablanca et ex-présidente de la Société Marocaine d’Endocrinologie Diabétologie et Nutrition (SMEDIAN).

Elle est aussi membre-élue de la commission scientifique à la faculté de médecine et de pharmacie à Casablanca, membre de la commission nationale de prévention et de lutte contre le diabète (ministère de la santé). Elle a publié plusieurs articles et études scientifiques dans des revues et périodiques internationaux spécialisés.

Trilingue (Arabe, français, anglais), Mme Marouane est membre du CA de  ‘Casablanca Chicago Sister Cities Association » et participante active dans ses programmes, outre son action agissante au sein de plusieurs associations de la société civile œuvrant dans le domaine de la santé et le renforcement de l’action sociale.

Depuis qu’elle a quitté le secteur public en 2005, Mme Marouane exerce dans le privé en tant que médecin-spécialiste en endocrinologie-Diabétologie-Maladies de la nutrition.

Mme Marouane est mariée et mère de deux enfants.


Abdesslam Seddiki : ministre de l'Emploi et des Affaires sociales.

Abdesslam SeddikiNé 31 décembre 1951 à Taza.

Titulaire d’un Doctorat d’Etat en Sciences Economiques de l’Université Hassan II Casablanca (1988) et d’un doctorat de troisième cycle de l’Université de Grenoble (1979), M. Seddiki est depuis 1980, professeur de l’Enseignement Supérieur.

De 1989 à 1995, il a collaboré au quotidien Al Bayane où il animait la rubrique et de la page économiques.

M. Seddiki est membre du Bureau Politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) depuis mai 2010. Il est chargé des droits de l’homme, du développement humain et de la coordination de la région d’Al Hoceima-Taza-Taounat.

En 2006, il a été chargé de la coordination du Programme économique, social et Culturel du parti, et en 2011 il a été désigné coordinateur de la commission de préparation du programme électoral du PPS.

Au niveau associatif, il a été de 2006 à 2010, membre du Bureau National de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH). Il est également membre fondateur de l’Observatoire Social International (O.S.I.) créé à Rome en janvier 2000 et membre de son Comité d’Orientation, membre de l’Association des Economistes Marocains et membre du Bureau National de l’Association du Rif pour le Développement et la Culture (ARID).

M. Seddiki est de même l’auteur de publications diverses dans des revues à caractère scientifique, et chroniqueur dans plusieurs revues et journaux marocains.

Il a également dirigé plusieurs thèses et mémoires de master et de licence.


Mbarka Bouaida : ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération.

Mbarka BouaidaNée en 1975 à Laqssabi près de Guelmim.

Membre du bureau politique du Rassemblement National des Indépendants (RNI), Mme Bouaida a été élue en 2007 pour la première fois à la Chambre des représentants. Elle avait coprésidé la commission parlementaire mixte Maroc Union européenne depuis sa création en mai 2010, avant de présider, durant l’année 2010, la commission des Affaires étrangères, de la Défense nationale et des Affaires islamiques à la Chambre des Représentants.

Durant la période 2008 2009, elle a occupé les postes de vice-président de la commission des Finances et des Affaires économiques et de rapporteur de la même commission pour le projet de loi de finances 2009.

En juin 2009, Mme Bouaida a été élue membre du conseil de la ville du Grand Casablanca.

Sur le plan international, Mme Bouaida a été nommée « Young Global Leader » du World Economic Forum 2012. Elle est, depuis septembre 2011, vice-présidente du forum parlementaire international pour la démocratie. Elle est aussi membre du Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe, de l’Alliance des Civilisations des Nations unies et de « Munich Young Leaders » de la Conférence Internationale de Munich sur la sécurité.

Mme Bouaida est titulaire d’un MBA de Hull University (Angleterre), d’un Master en communication de l’université de Toulouse et d’un diplôme de l’Ecole Supérieure de Gestion de Casablanca.


Mohamed Abbou: ministre délégué auprès du ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique, chargé du Commerce extérieur.

Mohamed AbbouNé le 1er janvier 1959 à Taounate.

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur en industrie agro-alimentaire de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II de Rabat et d’un doctorat en chimie analytique de l’Université d’Aix Marseille, M. Abbou est professeur  universitaire à la faculté des sciences et techniques de Fès depuis 1986.

Député de la province de Taounate depuis 1997, il est membre du bureau exécutif du Rassemblement National des Indépendants (RNI) depuis 2001. Il a également présidé le groupe parlementaire du RNI à la Chambre des représentants durant la 7ème législature (2002-2007).

M. Abbou est en outre président de la commune rurale de Beni Oulid (province de Taounate) depuis 1992, où il préside l’association locale de bienfaisance et co-préside l’association « Goutte d’eau » de la province de Taounate.


Soumiya Benkhaldoun : ministre déléguée auprès du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres.

Soumiya Benkhaldoun

 

 

 

 


Hakima El Hiti : ministre déléguée auprès du ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, chargée de l'environnement.

Hakima El Hiti

 

 

 

 

Charafat Afilal: ministre déléguée auprès du ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, chargée de l'eau.

Charafat Afilal

 

 

 

 

Mots Clefs:
Maroc

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *