Le Maroc déploie un nouveau dispositif de sécurié baptisé « Hadar » (PHOTOS)

Le Maroc déploie un nouveau dispositif de sécurié baptisé « Hadar » (PHOTOS)

Le Maroc a annoncé samedi la mise en oeuvre « progressive » d’un nouveau dispositif de sécurité, baptisé « Hadar », « pour lutter contre les différentes menaces qui guettent le royaume », et renforcer « la protection des citoyens et des visiteurs étrangers ».

L’annonce a été faite par le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, lors d’une réunion de hauts responsables sur le site de l’aéroport international Mohamed-V de Casablanca, « consacrée à l’examen des mesures de sécurité déployées » au niveau des différents aéroports du royaume.

Ce nouveau dispositif, qui « couvrira les différents sites sensibles » du pays, intègrera « les forces armées royales, la gendarmerie royale, la police et les forces auxiliaires », a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Le texte ne mentionne pas les « menaces » visées, mais Rabat n’a pas masqué ces derniers mois son inquiétude face à l’enrôlement de plus de 2.000 Marocains –en comptant les binationaux– par les groupes jihadistes, dont le groupe Etat islamique (EI), en Syrie et en Irak.

Le Maroc, qui dit craindre qu’ils profitent de cette expérience pour perpétrer des attentats à leur retour, avait déjà annoncé en juillet un renforcement des mesures de sécurité.

Des actions ont été entreprises pour « assurer la sécurité des citoyens et de leurs biens », ainsi que celle des « secteurs publics stratégiques », avait alors noté M. Hassad.

Les autorités marocaines annoncent régulièrement le démantèlement de « cellules terroristes ». Jeudi, de nouvelles condamnations dans des affaires de « terrorisme » ont en outre été prononcées: cinq personnes ont écopé de quatre ans de prison, selon l’agence MAP. Une a, en revanche, été acquittée.

Dans le même temps, le royaume a exprimé cette semaine son agacement face à sa présence dans une liste de 40 pays où la France a appelé ses ressortissants à une « vigilance renforcée ».

Cette mise en garde a entraîné une baisse d’environ 15% de la fréquentation touristique française au Maroc et en Tunisie, selon des professionnels du secteur.

Rabat juge son placement dans cette liste « totalement incompréhensible », et Mohamed Hassad a officiellement demandé à Paris de « réparer l’injustice ».

Mots Clefs:
GouvernementMaroc

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *