Marche à Rabat contre la politique économique du gouvernement

Marche à Rabat contre la politique économique du gouvernement

Environ 1500 personnes, en majorité des diplomés chomeurs, ont pris part, dimanche à Rabat, sous la pluie, à une marche de protestation contre la politique économique et le programme du gouvernement marocain, dont Projet de loi de finances (PLF-2013) est discuté actuellement au parlement, a-t-on constaté sur place.

Initiée par l’Organisation démocratique du travail (ODT), une centrale syndicale d’importance moyenne, la manifestation avait pour but de dénoncer, selon la déclaration distribuer à cette occasion, notamment « le travail et le salaire précaire, l’instabilité de l’emploi, la flambée des prix, et l’appauvrissement de plus en plus de salariés, chomeurs et retraités ».

Les manifestants ont scandé des slogans contre « l’atteinte aux droits fondamentaux des travailleurs, l’utilisation de la force et les arrestations arbitraires contre les manifestations pacifiques », ainsi que les « dernières décisions illégales et anticonstitutionnelles relatives à la ponction sur les salaires des grévistes » et le PLF 2013 présenté le 24 octobre dernier au parlement pour discussions.

Le syndicat a qualifié le PLF qui « incarne une politique économique d’austérité et de gestion de crise », d' »économiquement inefficace et socialement injuste » car ne prenant pas en compte les impacts sociaux.

Parmi les marcheurs, on pouvait distinguer un petit groupe de migrants subsahariens brandissant des banderoles sur lesquelles était écrit « Régularisation des sans papiers », « Pour l’égalité, contre l’exploitation », « Differences = richesses » et « Protéger les travailleurs migrants c’est sauver des vies humaines ».

Pour rappel, plusieurs associations et organisations de défense des droits de l’homme avaient indiqué que les migrants subsahariens sont victimes, ces derniers temps, d’une « vague de répression » commise en violation des conventions internationales ratifiées par le Maroc.

Selon ces ONG, cette campagne est caractérisée par par « des arrestations et des refoulements aux frontières touchant femmes, enfants, étudiants et même des réfugiés statutaires ».

La marche a été rejointe par le Syndicat démocratique de la santé, l’Organisation démocratique des retraités, des cadres au chomage et des membres de la société civile marocaine.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Ghita Senhaji

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *