M. Salim Cheikh est sûrement un homme de bien, mais il aurait dû démissionner…

M. Salim Cheikh est sûrement un homme de bien, mais il aurait dû démissionner…
0 commentaires, 23/04/2012, Par , Dans Chroniques, Couverture

Oui certes, il faut que la question des cahiers des charges de la radiotélévision suscite tout cet intérêt, et il importe que ce sujet soit au cœur du débat public… Je ne pense pas que cela fasse peur à aucun de nos responsables, mais les propos du directeur général de 2M doivent faire, à eux seuls, l’objet d’un débat particulier et d’une attention spéciale.

Je ne fais pas partie de ceux qui pensent que les propos de M. Salim Cheikh soient fondés sur des arrière-pensées, et je n’appartiens pas non plus à ceux qui sont persuadés que M. Salim Cheikh a été « encouragé » à s’engager dans la bataille… A l’inverse, je rejoins ceux qui témoignent de l’estime et de la considération à M. Salim Cheikh, et nos points de désaccord n’enlèvent ni n’enlèveront rien à cette estime et à cette considération.

En premier lieu, il faut noter que l’affaire consiste en une sortie inhabituelle du directeur de 2M… En effet, notre audiovisuel national a connu moult problèmes et, à chaque fois, Salim Cheikh a opté pour le silence. Plus que cela, à plus occasions nous étions dans l’attente d’une déclaration qui serait faite par lui, mais il a tenu à ne jamais piper mot, jusqu’à ce qu’il nous surprenne par cette saillie inattendue.

Deuxièmement, ce que nous savons et qui est par ailleurs prévu par la loi est que l’approbation des cahiers des charges n’est pas soumise au blanc-seing du directeur de 2M, et il aura été très utile que M. Salim Cheikh se réunisse avec l’ensemble de ses cadres et employés à ce sujet, chose pour laquelle je ne pense pas qu’il ait rencontré des résistances.

Troisièmement, M. Salim Cheikh occupe la fonction de directeur général de 2M, une chaîne placée sous la tutelle du ministère de la Communication, et le ministre est le président statutaire du conseil d’administration de la Soread-2M. De fait, son opinion doit être soumise à des procédures internes et à une certaine logique… Au lieu de cela, le directeur s’est empressé de se ranger aux cotés des pourfendeurs de ces cahiers. Peu importe, mais si tel a été le choix de Monsieur le Directeur, il aurait mieux valu pour lui, moralement et d’un point de vue éthique, qu’il présente sa démission de son poste après qu’il lui soit apparu impossible de poursuivre sa mission du fait de son opposition au contenu des cahiers des charges. Mais qu’il conserve ses fonctions, et les avantages qui vont avec, et que par ailleurs il tire à boulets rouges sur la tutelle et les cahiers, voilà qui pose un sérieux problème de conscience.

Je ne suis pas là pour défendre le contenu ou les apports de ces cahiers des charges, ceci est une autre affaire… Je parle ici de la problématique qui commence à apparaître et qui se traduit subitement par des comportements inadmissibles et au sujet desquels la partie visée peut exprimer de légitimes craintes.

Abdallah Bakkali

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *