M. El Khalfi: Le futur Code de la presse sera moderne et offrira des garanties nécessaires pour le libre exercice de la profession

M. El Khalfi: Le futur Code de la presse sera moderne et offrira des garanties nécessaires pour le libre exercice de la profession

Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, M. Mustapha El Khalfi, a affirmé que le futur Code de la presse qui « doit refléter les dispositions constitutionnelles »

, sera un code « moderne défendant la liberté de la presse et offrant des garanties nécessaires » pour le libre exercice de la profession.« Je suis contre les condamnations pour des délits dŒopinion et les peines pour diffamation ou atteinte à la vie privée », a affirmé M. El Khalfi dans un entretien publié mardi par le quotidien « lŒEconomiste ».

Dans cet entretien, le ministre a donné un aperçu sur les réformes des secteurs de la presse écrite et audiovisuel, évoqué le projet du Code de la presse et le soutien du gouvernement aux médias marocains par lŒélaboration de contrats-programmes.

Evoquant lŒinstauration dŒune instance indépendante pour lŒautorégulation du métier qui se chargera de lŒéthique de la profession conformément aux standards internationaux, dont la tendance va dans le sens à donner plus de garanties à lŒexercice de la profession, le ministre a souligné que parmi ces garanties la limitation dŒune manière considérable des peines privatives de liberté.

 » Personnellement je suis contre les condamnations pour des délits dŒopinion et pour les peines pour diffamation ou atteinte à la vie privée « , a-t-il répété mentionnant, à cet égard, lŒexistence dŒamendes, parfois lourdes et démesurées par rapport au délit et qui, note-t-il, « tue lŒentreprise de presse » condamnée.

Pour accompagner le corps de la presse, M. El Khalfi a fait état de la mise en place dŒun Conseil national de la presse et lŒinstauration dŒun système de concertation entre les acteurs concernés dont la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ) et le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM).

« Parallèlement nous allons veiller à la conclusion dŒun nouveau contrat programme avancé entre lŒEtat et la FMEJ. Nous nous acheminons vers la signature dŒun nouveau contrat programme dont le contenu sera renouvelé car lŒintervention de lŒEtat pour accompagner la réforme du secteur de la presse doit être rationnelle, efficace et transparente », a dit le ministre.

Le soutien du gouvernement à la presse est rationnel, efficace et transparent destiné à toute la presse, lié à des résultats. Il concerne même les groupes de presse qui réalisent de bons résultats financiers, a indiqué le ministre.

« Nous voulons donc lier lŒutilisation de lŒargent public à des résultats bien déterminés », a précisé M. El Khalfi ajoutant: « Il faut que le soutien de lŒEtat aux journaux ait un impact sur la situation sociale des journalistes ainsi que de lŒensemble des intervenants dans la production de journaux ».

Il sŒagit, selon le ministre, dŒune action en direction dŒune entreprise de presse, qui se traduit également au niveau de la formation, de la formation continue et aussi au niveau dŒun minimum dŒindépendance éditoriale pour encourager la création et lŒinnovation.

La presse marocaine doit être une contre force par rapport au pouvoir exécutif et même parlementaire, a dit le ministre appelant à « une presse responsable qui prenne en considération son role majeur dans lŒédifice démocratique de notre pays ».

Concernant la libéralisation du champ audiovisuel, le ministre a évoqué la contribution du secteur privé à consolider la compétitivité du champ médiatique du Maroc et qui sera un élément positif. Cependant « il faut sŒy préparer parce que nous avons un pole public qui doit être réformé » , a-t-il noté. Une action qui doit être entreprise en étroite collaboration avec les autres intervenants principalement la HACA, a-t-il précisé.

Il a en outre souligné que le gouvernement a défini les objectifs clairs pour lŒensemble du secteur de lŒaudiovisuel et aussi pour lŒagence Maghreb Arabe Presse (MAP), dŒoù lŒélaboration et la généralisation des contrats-programmes qui « vont refléter les changements liés à la nouvelle constitution et à la bonne gouvernance ».

Mots Clefs:
GouvernementMaroc

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *