l’ONG AMDH remporte un procès contre le ministère de l’Intérieur

l’ONG AMDH remporte un procès contre le ministère de l’Intérieur

Le tribunal administratif de Rabat a condamné le ministère de l’Intérieur à verser une amende à une association qui avait porté plainte après l’interdiction d’une de ses activités, a annoncé lundi l’avocat de l’ONG.

Selon Abderrahmane Benamar, avocat de l’Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante), le ministère de l’Intérieur a été condamné vendredi à verser « 100.000 dirhams d’amende (près de 9.000 euros) après une plainte de l’AMDH pour « l’interdiction » d’une conférence.

Le tribunal a également décidé « l’annulation » de l’interdiction de l’événement. L’AMDH a annoncé pour sa part qu’elle ferait appel, réclamant 200.000 dirhams de dommages (18.000 euros).

« Les autorités ont interdit jusque là 51 activités de l’AMDH », a déploré un membre de l’AMDH, Abdelilah Benabdeslam.

Sur fond de ces tensions avec les autorités, l’AMDH avait annoncé le « boycott » d’un Forum mondial des droits de l’Homme prévu à Marrakech (sud) à partir du 27 novembre.

Dans une déclaration, le président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH, officiel), Driss al-Yazami, un des organisateurs du rendez-vous de Marrakech, a affirmé n’avoir reçu « aucune notification » d’un tel boycott, expliquant que l’AMDH est toujours la « bienvenue ».

Faisant valoir que le Maroc comptait quelque « 80.000 associations », M. Yazami a souligné: « la société civile est un atout pour le pays. Les autorités ont le droit d’interdire des activités mais, dans un Etat de droit, l’association visée doit pouvoir recourir à la justice ».

En juillet, le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, avait accusé des ONG locales de servir un agenda étranger –en allusion à certains de leurs financements– et d’affaiblir par leurs critiques la lutte contre le terrorisme, entraînant des protestations dans les milieux associatifs.

Face aux critiques, le porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, avait assuré que le Maroc ne mène « aucune offensive contre les organisations de droits de l’Homme ». De janvier à septembre 2014, « 40 associations ont organisé 4.320 activités », avait-t-il relevé.

Mots Clefs:
justiceMaroc

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *