Libye: pourparlers « décisifs » au Maroc, le G7 réclame des « décisions audacieuses »

Libye: pourparlers « décisifs » au Maroc, le G7 réclame des « décisions audacieuses »

Les Parlements rivaux libyens ont ouvert lundi soir une nouvelle session de négociations au Maroc, jugée « décisive » par l’ONU, sous la pression des dirigeants du G7 qui ont réclamé des « décisions politiques audacieuses » pour mettre fin à la guerre civile.

« Aujourd’hui, les yeux du peuple libyen sont sur vous avec l’espoir que votre action fera taire les armes », a déclaré en préambule l’émissaire onusien, Bernardino Leon.

Un nouveau projet d’accord, qui intègre les dernières remarques des parties, a été remis aux deux délégations. Elles devront le soumettre à leur Parlement respectif, avant d’espérer revenir au Maroc « en début de semaine prochaine » pour conclure, a avancé M. Leon.

Plongée dans le chaos depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi et déchirée par des combats entre milices lourdement armées, la Libye est divisée entre deux autorités et confrontée à la montée en puissance du groupe Daech.

Le pays compte actuellement deux gouvernements –et Parlements– rivaux: l’un dans la capitale Tripoli sous la coupe de Fajr Libya, coalition de milices dont certaines islamistes, et l’autre dans l’est du pays, le seul reconnu par la communauté internationale.

L’ONU tente depuis des mois de trouver un compromis permettant la formation d’un gouvernement d’union nationale. Le but de Bernardino Leon lors de ce nouveau round à Skhirat, station balnéaire proche de Rabat, est d’arracher un accord avant le début du ramadan le 17 juin.

« Les récentes attaques terroristes doivent agir comme un déclic. Les combats doivent cesser », a clamé M. Leon durant cette cérémonie d’ouverture, lors de laquelle les deux délégations étaient réunies autour d’une même table, sous l’oeil des caméras.

Le diplomate espagnol a exprimé le souhait d’obtenir les réponses des délégations à cette nouvelle mouture –la quatrième– « dans les plus brefs délais ».

D’ici là, des représentants des Parlements rivaux doivent également se rendre mardi à Berlin, afin de rencontrer de hauts diplomates de pays venant de participer au G7, ont affirmé à l’AFP des sources proches des négociations. Cette information n’a toutefois pas été confirmée officiellement.

Mots Clefs:
Maroc

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *