l’hôpital militaire marocain à Brazzaville vient en aide à des centaines de congolais

l’hôpital militaire marocain à Brazzaville vient en aide à des centaines de congolais

L’hopital militaire de campagne marocain, installé sur la pelouse poussiéreuse du stade Ornano de Brazzaville, a assuré au jour d’aujourd’hui des soins et une assistance médicale

à des centaines de personnes victimes de l’explosion d’un dépot de munitions survenue le 4 mars dans la capitale congolaise .

Femmes, hommes et enfants affluent de bonheur à l’hopital militaire marocain déployé sur hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, dans le cadre d’une aide d’urgence dépêchée à la suite des explosions qui ont fait selon un bilan officiel 223 morts. + Une équipe bien organisée +

Tout visiteur de cet hopital, composé de 17 tentes, constatera rapidement que l’équipe médicale marocaine accomplit un travail colossal en apportant en permanence de l’aide et des soins aux victimes de l’incident en vue de préserver des vies humaines.

En dépit de conditions climatiques défavorables, marquées par une chaleur suffocante, l’équipe médicale tient à accomplir la mission dont elle est investie selon un planning bien organisé.

Le conseiller médical du président congolais, Claude Maylin, a souligné le travail bien organisé de l’équipe marocaine. « J’ai été surpris lorsque j’ai su que l’hopital a été installé dans le stade juste en quelques heures », a-t-il dit.

Le travail accompli dans l’hopital se fait selon une « stratégie médicale pointue », basée sur un dispatching des patients ou blessés en fonction des spécialités et des cas, outre les soins urgents et les cas qui ont besoin d’interventions chirurgicales.

Quelque 42 médecins, généralistes, cardiologues, pneumologues, dermatologues, ophtalmologues, spécialistes d’ORL, chirurgiens et dentistes, ainsi que 32 infirmiers, sont là pour présenter leurs services aux malades congolais, qui trouvent également à leur disposition une pharmacie où ils peuvent se procurer gratuitement des médicaments.

+Une importante affluence de la population à l’hopital militaire de campagne+

L’hopital militaire marocain de campagne, dirigé par le médecin colonel Professeur Baite Abdelouahed, spécialiste en anesthésie-réanimation, connaît une importante affluence de la population congolaise.

L’hopital assure 250 consultations médicales et prescrit 650 ordonnances par jour et une équipe médicale expérimentée exécute plus de dix interventions chirurgicales au quotidien.

Dans une déclaration à la MAP, l’attaché de défense à l’ambassade du Congo à Rabat, le colonel Aya Justin, avait expliqué cette affluence par le « bon souvenir », gravé à jamais dans les mémoires des congolais, de l’expérience marocaine de l’hopital de campagne installé au Congo en 2006.

« Vous êtes victimes de l’excellente qualité des prestations que vous avez fournies à la population congolaise en 2006, dans le cadre de l’hopital de campagne qui avait connu un franc succès à l’époque », avait dit Justin au directeur de l’hopital marocain de campagne.

Pour sa part, la présidente du Comité international pour la renaissance d’Afrique, dont le siège est à Paris, Mme Maria Maylin a déclaré que cette affluence n’est que le fruit d’une « confiance mutuelle entre le patient congolais et le médecin marocain », qui s’est renforcée en 2006. +Des témoignages forts+

La jeune N’Gouma Mondello (27 ans), victime d’une écharde qui s’est abattue sur sa nuque lui causant une hémorragie et des douleurs aigues, témoigne de cette confiance et de la bonne réputation des médecins marocains.

N’Gouma, qui pressait le pas vers la pharmacie de l’hopital marocain de campagne, munie d’une ordonnance et d’une image échographique, nous dit : « C’est ma mère qui m’a demandé de venir parce qu’elle fait confiance à la compétence médicale marocaine ». « Elle avait subi avec succès une opération chirurgicale il y a des années au Maroc », a-t-elle avoué.

L’intervention des médecins marocains a été d’une grande aide pour N’Gouma, qui a exprimé sa reconnaissance au Maroc pour son soutien au Congo dans une telle conjoncture difficile.

Tout près de la pharmacie, Dicondia Edward Nelson (19 ans) s’était assis sur une chaise, attendant son tour.

En dépit d’une difficulté à parler due à une blessure sur la joue gauche, Dicondia a tenu à exprimer sa satisfaction, parce que le staff médical « m’a accueilli avec jovialité et j’ai bénéficié d’une consultation gratuite ».

Avec un regard avenant, Dicondia a exprimé ses remerciements à « SM le Roi Mohammed VI et à tous ceux qui veillent sur cet hopital », disant sur un ton sincère que « le Maroc est effectivement une fierté pour l’Afrique ».

Mots Clefs:
Maroc

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *