L’ex PDG de la BNDE (Farid Dellero) condamné à 4 ans de prison ferme et à une amende de 60.000 dh

L’ex PDG de la BNDE (Farid Dellero) condamné à 4 ans de prison ferme et à une amende de 60.000 dh

La chambre criminelle chargée des crimes financiers près la Cour d’appel de Rabat a condamné, mercredi soir, à quatre ans de prison ferme l’ex président-directeur général de la Banque nationale de développement économique (BNDE), Farid Dellero et un client de la banque, Abdelhaq Benslimane, actuellement en fuite, ainsi qu’à une amende de 60.000 dh chacun.

L’ex PDG de la BNDE et le client de la banque devraient également payer des dommages et intérêts d’une somme de, respectivement, 200 et 100 millions de dh au profit de la partie civile, ainsi que l’expropriation de l’ensemble de leurs biens immobilers et mobilers et de leurs comptes bancaires et actifs dans la limite des sommes dues.

Les deux accusés sont poursuivis pour « dilapidation et détournements de deniers publics, participation et abus de pouvoir », conformément aux articles 241, 250 et 129 du code pénal.

Les deux mis en cause avaient été acquittés en première instance par la chambre criminelle chargée des crimes financiers, le 13 juillet 2010.

L’affaire remonte au 24 mai 2004 lorsque la défense de la BNDE avait présenté une plainte au ministre de la justice sur la base d’un rapport de l’inspection générale des finances imputant au PDG de la banque des détournements et dysfonctionnements graves sous formes d’opérations immobilières, marchés et de cessions à autrui de fonds et droits de la banque plaignante, estimés à des milliards de centimes.

Le Parquet général avait requis l’infirmation du jugement prononcé en première instance et la condamnation des accusés et la confiscation de leurs biens au profit du Trésor général, au moment où la défense de la partie civile avait demandé la restitution d’une somme de 200 millions de dh. La défense de l’accusé avait, pour sa part, estimé que les rapports de l’inspection générale des finances étaient infondés.

Mots Clefs:
justice

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *