L’Espagne ne va pas extrader le pédophile Daniel Galvan gracié par erreur

L’Espagne ne va pas extrader le pédophile Daniel Galvan gracié par erreur

Le procureur de l’Audience nationale a estimé jeudi que l’Espagne ne pouvait pas extrader le pédophile espagnol gracié « par erreur » au Maroc, Daniel Galvan, car les conventions entre les deux pays ne le permettent pas, selon une source judiciaire.

L’Audience nationale doit se prononcer dans les prochains jours. La défense du pédophile a refusé l’extradition et réclamé sa remise en liberté en application de la grâce du roi du Maroc.

Le procureur a estimé que le pédophile ne pouvait être extradé car ni les conventions avec le Maroc ne le permettaient, ni la « loi d’extradition passive » qui ne prévoit pas l’extradition de nationaux vers le Maroc, selon cette source.

Le Conseil des ministres du 18 octobre avait donné son feu vert à l’accomplissement de sa peine en Espagne au cas où la justice le déciderait.

Daniel Galvan, un Irakien de 65 ans qui a obtenu la nationalité espagnole en se mariant avec une Espagnole en 1982, a été condamné en 2011 au Maroc à 30 ans de prison pour des viols sur onze mineurs, puis a été gracié fin juillet par le roi du Maroc.

Devant l’ampleur du scandale suscité par sa libération, le roi Mohammed VI avait annulé la grâce et avait soutenu qu’il l’avait signée en raison d' »informations erronées ».

Sa libération a provoqué de vives manifestations dans tout le Maroc dont certaines contre le roi. Une vingtaine d’associations ont déposé plainte pour que la justice détermine les responsabilités dans la répression policière de l’une des manifestations qui avait fait des dizaines de blessés.

Daniel Galvan a par la suite été arrêté en Espagne et placé en détention provisoire le 7 août, en attendant que la justice espagnole statue sur une éventuelle extradition vers le Maroc.

Il avait par ailleurs été entendu le 31 août dans le cadre d’une plainte d’abus sexuel sur une mineure en 2004, au tribunal de Torrevieja, près d’Alicante, dans l’est du pays.

L’avocat Manuel Maza a indiqué que son client s’était dit innocent des nouvelles accusations le visant.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Siham Lazraq

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *