Les transports en commun bruxellois à l’arrêt après l’agression mortelle samedi d’un contrôleur de la STIB

Les transports en commun bruxellois à l’arrêt après l’agression mortelle samedi d’un contrôleur de la STIB

Les transports en commun bruxellois sont à l’arrêt depuis samedi, après l’agression mortelle d’un controleur de la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB).

Le trafic à Bruxelles restera paralysé durant ce week-end de Pâques et ne reprendra qu’après la rencontre des représentants de la direction et du personnel de la STIB avec les ministres compétents au niveau régional et fédéral.

Cette réunion, prévue lundi en fin d’après-midi, sera axée sur les mesures à prendre pour renforcer la sécurité dans les transports en commun bruxellois.

Elle devra réunir les représentants de la direction et du personnel de la STIB et la Vice-Première ministre et ministre de l’Intérieur et de l’Egalité des chances au gouvernement fédéral, Joëlle Milquet, le ministre-président du gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale, Charles Picqué, et des responsables des ministres fédérale de la Justice et bruxelloise du Transport.

Un controleur de la STIB, âgé de 56 ans, est décédé suite à une agression brutale survenue samedi matin à la suite d’une collision impliquant un véhicule et un bus. Appelé sur les lieux pour constater les faits, il a été roué de coups par un proche de la personne impliquée dans l’accident.

La direction de la STIB avait décidé de suspendre l’exploitation du réseau de métro, tram et bus suite à cet incident.

Le procureur du Roi de Bruxelles, Bruno Bulthé, a annoncé samedi en début d’après-midi, que l’auteur présumé de l’agression a été interpellé.

Selon des statistiques officielles, la criminalité dans les transports en commun bruxellois a augmenté de 13 pc entre 2009 et 2010, passant de 2.796 faits délictueux à 3.155. En 2010, les autorités dénombrent 773 agressions physiques commises contre des usagers de la STIB et 193 à l’égard du personnel.

Mots Clefs:
Accident

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *