Les patrons marocains se positionnent à Abidjan

Les patrons marocains se positionnent à Abidjan

Annoncé pour le 18 mars à Abidjan, c’est finalement le 19 mars que le roi marocain Mohammed VI débarque en Cote d’Ivoire avec, dans ses bagages, plusieurs businessmen marocains déjà très actifs sur les bords de la Lagune Ebrié.

C’est sous l’ancien président Laurent Gbagbo, en 2002 et 2009, que les relations économiques de l’axe Rabat-Abidjan se sont accélérées. Depuis l’accession d’Alassane Ouattara à la tête de l’État, elles sont au firmament. De 2006 à 2009, les importations marocaines ont connu une évolution moyenne de 10,6%, avant de connaître une baisse de 11,8% en 2010. Les exportations, majoritairement du poisson et de l’engrais, ont connu une progression impressionnante de 77% sur la période 2009 – 2010, atteignant 532 millions de DH en 2010 (63 millions d’euros) avant de chuter en 2011 et 2012.

La présence d’importants groupes bancaires marocains en Cote d’Ivoire facilite le business ivoiro-marocain. Le séjour de 24 heures du roi du Maroc sera l’occasion de signer des accords bilatéraux dans plusieurs secteurs. Les entreprises déjà bien implantées du royaume chérifien pourront bénéficier de la visite de Mohammed VI pour consolider et bétonner leurs contrats. « Une pluie de projets économiques existent entre les deux pays. Cette visite permettra de les concrétiser. Même si plus de 500 accords lient le Maroc à plusieurs pays africains, l’option idéale pour le Maroc est de conclure un accord commercial avec l’UEMOA dont la Cote d’Ivoire est l’un des leaders », révèle un diplomate de la chancellerie chérifienne à Abidjan.

Les banques à l’offensive

Très actif dans le pays depuis la reprise de 51% de la Société ivoirienne de banque (SIB) au français Crédit agricole, le groupe bancaire Attijariwafa bank a ses voyants au vert. L’ivoirien Daouda Coulibaly, premier subsaharien à diriger une filiale du marocain, a impulsé une nouvelle dynamique à la banque qui s’est déjà positionnée pour reprendre certaines participations de l’État ivoirien dans le cadre de la cession de plusieurs établissements bancaires.

Autre groupe bancaire marocain très actif, Banque Populaire, qui a acquis le groupe Atlantique courant 2012.

Immobilier, assurances, aviation…

Le groupe d’Anas Sefrioui (Addoha, Ciments d’Afrique) poursuit ses projets dans l’immobilier avec la construction de 2 600 logements sociaux. Wafa Assurances, [LINK=/component/content/article/508-assurances–des-produits-qui-assurent/15628-ramses-arroub-wafa-assurance-qdeux-regions-precises-deux-strategies-distinctesq.html]qui n’abandonne pas l’idée de reprendre la petite compagnie d’assurance locale SAFA (la reprise a été gelée suite à un incendie)[/LINK], prépare un plan de développement. Sur l’aéroport d’Abidjan, la Royal Air Maroc (RAM) est, avec Air France, une compagnie bien positionnée. Enfin, la Société internationale des travaux au Maroc (Sintram), l’un des leaders marocains de la construction de routes et d’autoroutes est en négociations avec les autorités ivoiriennes pour décrocher un contrat. Cependant, les marocains ne sont pas en terrain conquis et devront faire face à la concurrence des pays asiatiques et occidentaux.

Lire aussi sur : Jeuneafrique.com

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *