Les musulmans à La Mecque dénoncent Daech et se méfient de l’offensive américaine

Les musulmans à La Mecque dénoncent Daech et se méfient de l’offensive américaine

Des musulmans, venus du monde entier pour le pèlerinage à La Mecque, dénoncent les atrocités commises en Irak et en Syrie par les jihadistes du groupe Daech, tout en se montrant méfiants à l’égard de la campagne militaire dirigée par Washington.

« L’islam n’a rien à voir avec les actions de Daech », affirme Alan Abdallah, un pèlerin kurde irakien, en qualifiant ce groupe extrémiste de « virus qui menace le monde entier ».

Le groupe Daech, qui contrôle de vastes territoires à cheval entre la Syrie et l’Irak, est accusé d’avoir commis des massacres et des exactions contre des soldats et des civils. Il a, en outre, revendiqué la décapitation de deux journalistes américains et d’un travailleur humanitaire britannique.

Des centaines de milliers de pèlerins continuaient mardi de se rassembler à La Mecque pour le hajj, pèlerinage annuel . L’Arabie saoudite fait partie de la coalition internationale initiée par les Etats-Unis qui mène des frappes aériennes depuis la semaine dernière contre l’EI en Syrie. Des combattants kurdes sont aussi mobilisés contre les jihadistes.

« L’EI commet des actes terroristes en égorgeant des gens et en créant le désordre », dit un autre pèlerin kurde à La Mecque, Shawkat Ahmed Qader. « L’islam est loin de leurs actes et de leurs croyances », ajoute ce quinquagénaire en se lamentant de la situation au Kurdistan.

« Nous avons d’un côté (les jihadistes) de l’EI, de l’autre des avions américains qui les bombardent. Nous aspirons à la sécurité ».

De son côté, un pèlerin syrien de la région d’Alep, arrivé à La Mecque via la Turquie où il s’est réfugié il y a plusieurs mois, se montre critique à l’égard de la coalition et des Etats-Unis qui ont tardé à intervenir, plus de trois ans après le début de la guerre en Syrie.

« Nous espérions qu’une telle coalition mette fin à l’oppression contre le peuple syrien et ne frappe pas seulement l’EI et d’autres groupes », dit Mohammed, visiblement nerveux, qui préfère ne donner que son prénom.

La semaine dernière, l’émir du Qatar, dont le pays fait partie de la coalition, a indiqué que l’objectif immédiat de la coalition était de mettre en déroute les mouvements extrémistes mais qu’à long terme, il fallait « punir » le régime impopulaire de Bachar al-Assad.

Voir Vidéo
Mots Clefs:
DaechIslamUSA

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *