Les marocains se mobilisent pour soutenire les villageois du Haut-Atlas

Les marocains se mobilisent pour soutenire les villageois du Haut-Atlas

Plusieurs tonnes de nourriture, mais aussi des centaines de couvertures et matelas ont été distribués ce week-end à des villageois du Haut-Atlas, au Maroc, démunis face au froid hivernal, à la faveur d’une vaste mobilisation populaire.

Des appels avaient été lancés ces dernières semaines via les réseaux sociaux de la part de personnes émues par la situation de ces habitants et les informations évoquant le décès de nourrissons.

A la faveur de cette campagne, « six camions chargés de matelas, de couvertures et de denrées alimentaires » ont été distribués depuis vendredi « à 2.000 familles vivant dans 10 villages, dont celui d’Anfgou », a déclaré  Elmahdi Benabdeljalil, porte-parole du collectif composé d’une soixantaine de personnes.

A 1.600 mètres d’altitude, Anfgou (400 km au sud-est de Rabat) se trouve dans l’une des régions les plus froides du Maroc. En décembre, c’est là qu’un bébé de 40 jours est mort, victime du froid et du manque d’infrastructures, portant à cinq le nombre de jeunes enfants décédés dans des circonstances similaires, selon la presse locale.

« Plus de 20 tonnes de denrées alimentaires et des centaines de couvertures ont été distribuées aux habitants des différents villages, car il n’y a pas qu’Anfgou », a précisé M. Benabdeljalil.

« Grâce à l’aide de simples personnes et quelques familles, nous avons pu ramasser plus de 350.000 dirhams (32.000 euros). Une seule personne a donné 100.000 dirhams (9.000 euros). Je peux dire que cette opération a réussi ».

Il s’est dit « agréablement surpris par la coopération des autorités locales qui ont fourni toute l’aide logistique pour la réussite de cette opération ».

Cette région souffre de l’isolement et d’un manque d’infrastrutures, de nombreuses routes étant impraticables en hiver. Les habitants se plaignent de devoir transporter les biens de première nécessité sur des ânes et des routes gelées.

Vendredi, le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch a reconnu qu’il « reste encore un décalage entre les villes et les zones montagneuses ». « C’est dans ce sens qu’une direction chargée du développement rural et des zones montagneuses a vu le jour pour coordonner et élaborer des projets de développement des régions rurales et montagneuses », a-t-il signalé, cité par l’agence

Mots Clefs:
Maroc

À propos Abdellah Miloudy

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *