Les informations selon lesquelles les Marocains expulsés d’Algérie auraient abandonné leurs biens au profit de l’Etat algérien sont « dénuées de tout fondement »

Les informations selon lesquelles les Marocains expulsés d’Algérie auraient abandonné leurs biens au profit de l’Etat algérien sont « dénuées de tout fondement »

Les informations selon lesquelles les Marocains expulsés d’Algérie auraient abandonné leurs biens sont « dénuées de tout fondement » et ont pour but de justifier l’annexion de ces biens au domaine public de l’Etat algérien, a affirmé, lundi à Rabat, le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération, Youssef Amrani, soulignant que ces Marocains ont été victimes d’une expulsion collective arbitraire.

Répondant à une question orale à la Chambre des représentants, M. Amrani a expliqué que le dossier des Marocains expulsés d’Algérie est placé par la diplomatie marocaine parmi les priorités des questions sociales et consulaires en suspens avec ce pays, ajoutant que le ministère des Affaires étrangères et de la coopération ne cesse de déployer des efforts pour leur trouver les solutions adéquates, à travers l’incitation de la partie algérienne à ouvrir un dialogue sérieux et responsable à ce sujet.

Ce dossier était présent lors des réunions de la commission ad hoc maroco-algérienne, au cours desquelles un accent a été mis sur la nécessité de réaliser des résultats satisfaisants et positifs à la question des Marocains expulsés d’Algérie, a-t-il dit.

La question a également été soulevée à l’occasion des deux premières réunions de la commission consulaire et sociale maroco-algérienne tenues en 2003 et 2004, lors desquelles les deux parties avaient convenu d’entamer la préparation des dossiers relatifs à toutes les questions en suspens, d’établir les listes des victimes de l’expulsion et de présenter des propositions de solutions, a-t-il expliqué.

Un groupe de travail a été mis en place à cet effet et le Maroc a présenté à la partie algérienne toutes les listes, documents justificatifs nécessaires à l’appui, mais la troisième réunion de cette commission, qui devait se tenir en novembre 2004, n’avait pas eu lieu sur décision algérienne, a-t-il ajouté.

M. Amrani a souligné que le Maroc ne ménagera aucun effort pour défendre ses ressortissants expulsés d’Algérie pour leur permettre de récupérer leurs biens et recouvrer leurs droits dont ils sont privés depuis plus de 35 ans, réaffirmant que la diplomatie marocaine suit avec intérêt les initiatives de la société civile et des partis politiques qui jouent un role important dans ce dossier à travers leurs contacts et leurs interventions auprès des organisations internationales et régionales.

La diplomatie marocaine, confiante en les mécanismes de dialogue et de compréhension, poursuivra ses efforts pour parvenir à une solution à cette question, a-t-il conclu.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Ghita Senhaji

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *