Les Etats-Unis bombardant des positions de l’Daech

Les Etats-Unis bombardant des positions de l’Daech

Les Etats-Unis se sont directement impliqués dans le conflit en Irak pour la première fois depuis le retrait de leurs troupes en 2011 en bombardant vendredi des positions des jihadistes menaçant le Kurdistan irakien et des milliers de chrétiens et Yazidis en fuite.

Deux chasseurs bombardiers américains ont largué des bombes de 250 kg sur une pièce d’artillerie mobile de l’Daech (EI) qui avait visé des forces kurdes à Erbil, a annoncé le porte-parole du Pentagone, l’amiral John Kirby, expliquant que cela menaçait les personnels américains basés dans la capitale du Kurdistan.

Le chef de l’armée irakienne, Babaker Zebari, a estimé que cet appui aérien allait permettre « d’énormes changements sur le terrain dans les prochaines heures ».

Les combattants de l’EI avaient encore marqué des points jeudi avec la prise de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d’Irak, suivie de celle du barrage de Mossoul, le plus grand du pays, qui contrôle l’alimentation en eau et en électricité de toute la région.

Depuis dimanche, des dizaines de milliers de personnes ont pris la fuite dans le nord du pays face à l’avancée des jihadistes qui ne sont désormais qu’à une quarantaine de kilomètres d’Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan, allié de Washington.

Après la prise de Qaraqosh et d’autres zones autour de Mossoul, que l’EI contrôle depuis le 10 juin, le patriarche chaldéen Louis Sako a fait état de 100.000 chrétiens jetés sur les routes. La plupart sont partis vers le Kurdistan.

Dimanche, les combattants de l’EI avaient déjà pris le contrôle de Sinjar, bastion de la minorité yazidie, une communauté kurdophone considérée par les jihadistes comme « adoratrice du diable », poussant à la fuite jusqu’à 200.000 civils selon l’ONU.

Certains ont pu fuir au Kurdistan ou en Turquie, mais des milliers d’autres sont piégés dans les montagnes désertiques environnantes, où ils risquent autant de mourir de faim et de soif que de se faire massacrer par les jihadistes, réputés pour leur cruauté.

Jeudi soir, le président américain Barack Obama avait autorisé des frappes militaires ciblées « si nécessaire pour aider les forces irakiennes qui se battent pour (…) protéger les civils pris au piège ».

Pour sa première mission, l’armée de l’air américaine a parachuté des vivres et de l’eau aux civils piégés dans les montagnes.

Un habitant de Sinjar, réfugié avec sa famille dans une caverne dans la montagne, a cependant déclaré vendredi au téléphone qu’aucune aide ne lui était encore parvenue.

« Rien n’est tombé de ce côté de la montagne. Nous avons besoin de toute l’aide possible, vivres et eau. Il y a beaucoup d’enfants ici », a-t-il souligné.

Signe de l’inquiétude internationale, le Conseil de sécurité de l’ONU s’est dit jeudi « scandalisé » par le sort des Yazidis et des chrétiens.

Le pape François, qui a lancé un appel urgent à la communauté internationale pour « protéger » les populations en fuite, a décidé d’envoyer auprès d’elles le cardinal Fernando Filoni, ancien nonce en Irak.

Mots Clefs:
Daech

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *