Les banques marocaines « n’ont pas su déceler » le créneau de la finance islamique

Les banques marocaines « n’ont pas su déceler » le créneau de la finance islamique

Les banques marocaines « n’ont pas su déceler le créneau » de la finance islamique qui se développe partout dans le monde, selon Ali Alami Idrissi, un expert en finances. Le désintérêt des banques marocaines pour les produits alternatifs islamiques « est dû en partie à un manque de vision stratégique », a expliqué l’analyste dans un entretien paru mardi au quotidien « L’Economiste ».

Ce désintérêt est justifié également par un manque de ressources humaines qui « ne maîtrisent pas (…) le coté marketing pour commercialiser ces produits », a-t-il ajouté.

Pour cet expert, une éventuelle introduction d’un chapitre sur la finance islamique dans la loi bancaire « peut être une bonne transition avant l’élaboration d’une réglementation propre à la finance islamique ».

S’agissant des prix des produits islamiques, l’analyste les a considéré comme « supportables », expliquant qu’à part le 1 pc prélevé au titre des droits de mutation pour l’acquisition d’un bien immobilier, « il n’y a pas de raison pour que les produits islamiques soient moins compétitifs que les classiques ».

Mots Clefs:
IslamMaroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *