Les avocats d’un Marocains libéré de Guantanamo et détenu au Maroc demandent ça Libération

Les avocats d’un Marocains libéré de Guantanamo et détenu au Maroc demandent ça Libération

Les avocats d’un ex-prisonnier marocain de Guantanamo libéré par les Etats-Unis mais détenu au Maroc depuis son retour dans ce pays ont réclamé jeudi sa libération sur la base d’une lettre officielle américaine.

Younis Chekkouri, 47 ans, avait été rapatrié au Maroc le 16 septembre après avoir été détenu 13 ans et quatre mois dans la prison de Guantanamo.

Il avait été arrêté dès son arrivée au Maroc et le parquet avait ouvert une enquête « sur des soupçons d’implication dans des actes de terrorisme ».

Ses défenseurs contestent cette arrestation en estimant qu’il a été blanchi par la justice américaine et qu’il doit être libéré.

Jeudi, lors d’une audience à huis clos devant un juge spécialisé dans les affaires de terrorisme, ses défenseurs ont produit une lettre du département de la Justice des Etats-Unis qui, selon eux, « concède que les principales accusations américaines contre lui ont été abandonnées en 2011 ».

Cette lettre dont l’AFP a obtenu une copie, précise qu’en « vue de l’audience prévue au Maroc dans le dossier de M. Chekkouri, le département de la Justice américain confirme que, pour différentes raisons, il a retiré sa confiance dans les preuves identifiant M. Chekkouri comme un des membres de l’organisation Groupement islamique des combattants marocains (GICM) », un groupe réputé proche d’Al Qaïda.

Le juge marocain a décidé de reporter l’audience de jeudi au 4 novembre afin d’obtenir davantage de précisions des autorités américaines, selon l’organisation de défense des droits de l’Homme Reprieve, basée à Londres.

Une de ses avocates, Cori Crider, qui est également directrice de Reprieve, s’est insurgée jeudi de voir « un homme emprisonné à tort ».

Younis Chekkouri avait été capturé par les Pakistanais en décembre 2001 alors qu’il fuyait Tora Bora, la place forte des talibans et d’Al-Qaïda en Afghanistan, selon le « dossier Guantanamo » mis en ligne par le New York Times.

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *