Les auteurs du film anti-islam, des partisans du prêtre copte Zakaria Botros

Les auteurs du film anti-islam, des partisans du prêtre copte Zakaria Botros

Les trois hommes connus pour l’instant pour avoir participé à la réalisation du film islamophobe qui a provoqué une vague d’indignation dans le monde musulman sont tous trois des partisans du prêtre copte Zakaria Botros, connu pour ses positions fortement anti-islam, selon le Los Angeles Times.

Originaire d’Egypte, Zakaria Botros a été emprisonné à plusieurs reprises dans son pays pour avoir tenté de convertir des musulmans, explique dimanche le quotidien américain.

Ayant quitté l’Egypte, il s’est installé d’abord en Australie, puis, au début des années 2000, aux Etats-Unis. Ses positions publiques dénigrant l’islam – il soutient notamment, comme le film, que Mahomet était un nécrophile, un homosexuel et un pédophile – lui ont valu, selon lui, une fatwa d’al-Qaïda mettant sa tête à prix pour 60 millions de dollars.

Son fils Benjamin a déclaré au journal que son père, qui se cachait « car sa vie est en danger », ne donnerait pas d’interview. Il a par ailleurs défendu le film qui « dit la vérité sur l’islam », selon lui.

Nakoula Besseley Nakoula, immigré égyptien et auteur supposé du film, qui vit près de Los Angeles, avait parlé ouvertement de son admiration pour Zakaria Botros en 2010, alors qu’il était en prison pour malversations financières, selon le quotidien.

Le copte Joseph Nassralla, qui, selon le journal, se serait occupé de la production du film, est président de l’association « Media for Christ » (« Les médias pour le Christ »), basée près de Los Angeles, dont la page internet de l’organisation comporte un lien renvoyant au site du père Botros.

Enfin Steve Klein, qui a reconnu avoir collaboré avec les auteurs du film, est connu comme militant anti-islam. Veteran de la guerre du Vietnam, il est l’auteur d’un livre intitulé « L’islam est-il compatible avec la Constitution? », publié en 2010 et dans lequel il dit être un « ami proche » de Zakaria Botros.

L’Eglise copte a quant à elle condamné le film.

Mots Clefs:
Film

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *