L’émissaire Christopher Ross à Alger, « espoir d’avancées » dans le dossier du Sahara

L’émissaire Christopher Ross à Alger, « espoir d’avancées » dans le dossier du Sahara
0 commentaires, 01/04/2013, Par , Dans Monde

Le ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci a émis lundi l' »espoir d’avancées » dans le dossier du Sahara Occidental avec la nouvelle mission de l’émissaire onusien Christopher Ross.

« Je voudrais voir dans cette nouvelle visite de M. Ross l’espoir en effet d’avancées qui pourraient être réalisées entre les deux parties, c’est-à-dire le Maroc et le Polisario », a indiqué le ministre algérien, qui devait recevoir M. Ross dans la matinée, dans un entretien à la radio publique francophone.

Arrivé à Alger après une tournée entamée le 20 mars dans la région où il a rencontré les autorités marocaines et des représentants du Polisario, M. Ross a d’abord été reçu dimanche par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines Abdelkader Messahel.

Quant à la tenue prochaine d’un sommet de l’Union arabe maghrébine (UMA) que la Tunisie devait déjà organiser à l’automne dernier, M. Medelci a indiqué que les conditions d’un succès n’étaient pas réunies, évoquant notamment la mise en place d’institutions internes après le renversement des régimes en Tunisie et Libye, toutes deux membres de cette organisation au coté du Maroc, de la Mauritanie et de l’Algérie.

Il a également insisté sur la situation au Maghreb, une « priorité sécuritaire qu’il faut régler d’abord », annonçant à cette occasion la tenue d’une nouvelle réunion des ministres de l’Intérieur de l’UMA ce mois-ci à Rabat, après une précédente en 2012 à Alger.

A propos de la situation au Mali, M. Medelci a réitéré l’importance d’un dialogue inter-malien pour résoudre la crise. Pour lui la situation demeure « très préoccupante ».

« Il y a un début de retour des institutions maliennes vers le nord, mais en même temps la solution militaire qui a permis cela (…) ne peut pas être la seule solution », a-t-il dit.

Pour les otages algériens enlevés à Gao (Mali) il y a un an le 5 avril 2012, M. Medelci a souhaité « que finalement la raison l’emporte, parce que nos otages sont des Algériens qui se sont mis au service du Mali » et qu’ils puissent revenir sains et saufs.

Mots Clefs:
MarocSahara

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *