Le soutien au gouvernement malien « priorité des priorités » pour le Maroc

Le soutien au gouvernement malien « priorité des priorités » pour le Maroc

Le Maroc a qualifié de « priorité des priorités » le soutien au gouvernement du Mali, et souligné qu’il appuyait les efforts de la Cédéao et de l’ONU pour sécuriser les frontières dans le Grand Sahara, lors d’un entretien de son chef de la diplomatie à France 24.

« Le Maroc a pour postulat la nécessité de préserver l’unité du Mali et sa stabilité. La priorité des priorités pour le Maroc est le soutien du gouvernement du Mali, à Bamako, un soutien politique, économique et financier », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Saad Eddine El-Othmani dans cette interview diffusée jeudi soir.

« Il faut aussi et surtout soutenir le Mali sur le plan sécuritaire, en encadrant les appareils sécuritaires maliens pour qu’ils soient capables de protéger le citoyen malien et les frontières du Mali », a-t-il ajouté.

Le Maroc n’a pas de frontière directe avec le nord du Mali, qui ne se trouve toutefois qu’à quelques centaines de kilomètres de son territoire, aux confins de l’Algérie, de la Mauritanie et du Sahara occidental.

D’après le ministre marocain des Affaires étrangères, « il faut aussi protéger les frontières des pays voisins du Mali » dans le but « d’empêcher les mouvements armés, qui mêlent le trafic de drogue à la violence, de se déplacer dans le grand Sahara ».

« Le Maroc soutient les efforts de la Cédéao », la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, ainsi que ceux de l’ONU « pour trouver une solution à ce problème », a-t-il relevé.

Une réunion internationale se déroulait vendredi à Bamako sur la reconquête militaire du nord du Mali, occupé depuis plus de six mois par des groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda.

Le principe de l’envoi d’une force armée des pays de la Cédéao, soutenue par l’ONU et recevant l’appui logistique des pays occidentaux, est acquis. Mais les pays ouest-africains doivent préciser sa composition, ses besoins et ses missions pour accélérer son déploiement.

Mots Clefs:
MarocSahara

À propos Ahmed Belaarej

3 commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *