Le prix Nobel de physique 2012 compte se rendre au Maroc en février prochain

Le prix Nobel de physique 2012 compte se rendre au Maroc en février prochain

Le physicien franco-marocain Serge Haroche, qui vient de recevoir le prix Nobel de physique 2012, a annoncé qu’il effectuera une visite au Maroc en février prochain.

 »J’ai été invité par l’Académie Hassan II des sciences et techniques avant le prix Nobel, et j’ai le grand plaisir de se rendre à Rabat en février prochain », a déclaré M. Haroche, qui était jeudi soir l’invité de Radio Chaîne inter.

 »J’ai passé une partie de mon enfance et ma jeunesse à Casablanca et j’ai gardé un souvenir extraordinaire de cette ville, du soleil et de l’atmosphère méditerranéenne », a-t-il dit.

En ce qui concerne le Nobel qu’il vient de recevoir, M. Haroche a affirmé qu’il ne s’y attendait pas, ajoutant qu »’il savait qu’en 2012, la physique quantique pourrait être primée parce les années passées avaient porté sur d’autres sujets ».

 »Je tiens à dire que ce prix est le fruit d’un travail d’équipe et je suis très content de le partager avec mes collègues avec qui j’ai travaillé », a déclaré le physicien.

 »Le fait de comprendre le monde de la physique à partir des lois mathématiques m’avait fasciné dès le départ avec le lancement, dans les années 1950, des premiers satellites artificiels et fusées vers la lune et j’ai compris ce que je voulais faire de la physique en y appliquant les mathématiques », a-t-il affirmé.

 »La décohérence pour laquelle ce prix a été attribué est un phénomène du domaine quantique », a-t-il affirmé, expliquant que  »dans le monde classique on comprend intuitivement, alors qu’à l’échelle microscopique, les lois sont contre-intuitives et le passage de l’un à l’autre est expliqué par la décohérence ».

 »Ces recherches permettent d’améliorer la sensibilité et la précision de certains appareils de mesure dont les horloges qui sont devenues capables de détecter les masses des matières dans le sous-sol ou les déplacements de la croute terrestre prémisses des tremblements de terre », a-t-il fait savoir, observant que ses travaux sont aussi  »la base des ordinateurs quantiques plus efficaces que les ordinateurs classiques ».

 »La science est un domaine qui demande beaucoup de temps et d’efforts sur le long terme et je pense qu’il faut améliorer la qualité de l’enseignement pour éveiller la curiosité et créer les conditions de la pensée scientifique chez les jeunes au Maroc comme en France », a-t-il dit.

Né en 1944 à Casablanca, Serge Haroche a fait ses études à l’Ecole Normale Supérieure (ENS), où il a soutenu sa thèse avant d’intégrer le CNRS. Il est devenu, par la suite, maître de Conférences à l’Ecole Polytechnique puis professeur à l’Université Paris VI et membre de l’Institut de France.

Il a enseigné à l’Université de Yale, aux Etats-Unis et a été nommé en 2001 professeur au Collège de France pour la chaire de Physique quantique. Il dirige le groupe d’électrodynamique des systèmes simples au laboratoire Kastler Brossel du Département de Physique de l’ENS.

Spécialiste de physique atomique et d’optique quantique, Serge Haroche avait déjà été récompensé en 2009 par la Médaille d’Or du CNRS.

L’Académie royale des Sciences de Suède a attribué mardi dernier, le prix Nobel de Physique 2012 à Serge Haroche et à l’Américain, David Wineland, spécialistes d’optique quantique et dont les travaux ouvrent la voie à des ordinateurs surpuissants et des horloges d’une précision extrême.

Mots Clefs:
Maroc

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *