Le président… ira, ira pas…

Le président… ira, ira pas…
0 commentaires, 23/01/2013, Par , Dans Chroniques, Couverture

L’équipe nationale de football fait savoir aux populations qu’elles sont instamment invitées à observer les aérogares de Johannesburg et ceux des environs et d’y chercher un individu répondant au nom d’Ali Fassi Fihri qui, paraît-il, officie en qualité de président de la Fédération royale marocaine de football. Et dans le cas où cet individu serait repéré et identifié, prière d’en aviser immédiatement la délégation marocaine à Durban.

Le temps imparti à la recherche et à l’observation s’est écoulé, puis s’est épuisé, et rien, absolument rien n’a été trouvé qui ressemblerait au croissant de Fassi Fihri. Alors, les joueurs ont évoqué l’idée de recourir à l’appel à témoins à travers l’émission « disparus », Moukhtafoune ; ils ont pensé aussi à passer des messages à la radio ou alors, de guerre lasse et en dernier recours, de consacrer un coin spécial sur le site de la Fédération pour y laisser des nouvelles concernant cet homme.

Les joueurs échangent des plaisanteries sur l’absence de leur président. L’un d’eux, évoluant à l’étranger, a rappelé que « l’absent a toujours une bonne raison de disparaître », et un autre de surenchérir « pas besoin de te presser, Papa, nous t’attendrons »… et voilà qu’un membre de la communauté marocaine résident en Afrique du Sud a fait remarquer que l’absence du chef s’explique, sans doute, par le fait qu’il pensait que les Lions ne resteront pas plus longtemps que le premier tour… Et ainsi de suite, les plaisanteries, plus cocasses les unes que les autres, se sont succédé, montrant à quel point l’absence du président n’était pas justifiée, et ne pouvait l’être.

Cependant, dans un souci de ne pas accabler le personnage ni le calomnier, il faut dire que Fassi Fihri s’est empressé d’envoyer son ami Arroub, réputé pour être son homme de confiance au sein de l’Office de l’Eau et de l’électricité. Cet homme Arroub a donc été en Afrique du Sud, a assisté aux séances d’entraînement et de repos de l’équipe nationale, et il a même assisté à leurs matches de préparation, osant s’aventurer aussi dans les vestiaires pour y disputer Taoussisur quelques-uns de ses choix.

Cet homme-là, Arroub, est le véritable chef de la délégation marocaine là-bas, en Afrique du Sud, et Alem n’en serait que le secrétaire général, car c’est le premier qui appelle son président au téléphone pour lui faire des rapports circonstanciés sur tout ce qui se passe chez les Marocains. Alem s’est fait, semble-t-il, une raison et accepte le leadership d’Arroub qui coordonne tout avec une certaine Nawal, une dame qui travaille elle-aussi à l’Office de l’eau et de l’électricité.

Arroub a l’habitude de ce genre de missions ; il était en effet du voyage à Libreville pour les phases finales de la CAN en 2012, où il avait beaucoup joué au tennis avec Eric Gerets. Et, de retour dans sa chambre d’hotel, il appelait invariablement Fassi Fihri pour lui chanter les louanges de Gerets, une raquette à la main, et lui conseiller de ne jamais, jamais, se séparer du Belge, et même de penser à le nommer entraîneur national de tennis.

Et puis, Arroub était aussi à Djeddah, pour la finale de la Coupe arabe. Il y recevait les appels de Fassi Fihri, à partir des vestiaires, et transmettait les (très) chaleureuses félicitations du boss aux bosseurs. A cette époque, Hakim Doumou avait compris qu’il n’avait de chef de délégation que le titre et que le véritable patron était l’homme de confiance du grand patron, le boss… Arroub jouait toujours au tennis avec Gerets, aux frais du contribuable qui demandait quelque introuvable compensation…

Le président de la Fédération ne s’est pas donné la peine d’honorer de sa présence la cérémonie d’ouverture de la CAN en Afrique du Sud. Les raisons et excuses sont multiples, certes, mais le résultat, son absence, est le même… au moment même où tous ces pairs étaient venus, étaient tous là, et que les Tunisiens raillaient leur patron, gentiment, en l’assimilant à un agent d’accueil, lui qui ne quitte jamais le hall de l’hotel où il reçoit, oriente, renseigne et donne des indications à qui les demandent.

Mots Clefs:
FootballMarocains

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *