Le prélèvement sur le salaire des grévistes est une décision irréversible

Le prélèvement sur le salaire des grévistes est une décision irréversible

Le ministre de la Justice et des libertés, Mustapha Ramid a affirmé, mercredi à Rabat, que le prélèvement sur le salaire des grévistes est une décision irréversible du gouvernement « fondée sur la loi et les pratiques démocratiques ».

Lors d’un point de presse consacré aux informations relayées par certains médias sur les grèves et sit-in observés par les greffiers de justice, M. Ramid a indiqué que son département veille à la mise en oeuvre de cette décision qui concerne 2.771 greffiers.

Il a précisé que toutes les grèves feront l’objet d’un prélèvement sur salaire, notamment dans les secteurs de la santé et de l’intérieur, notant que tous les départements sont tenus d’appliquer cette décision.

Cette décision « ne peut conduire à l’aggravation, qui peut être temporaire et transitoire », mais « garantit une sorte d’engagement », a-t-il avancé, affirmant que les approches syndicales ne peuvent affecter cette décision.

Il a indiqué que la grève des fonctionnaires du ministère de la Justice et des libertés en 2012 a coûté 10.877.344 DH et des heures de travail perdues estimées à 472.928.

Il a, d’autre part, noté que « les forces de l’ordre ont le droit de recourir, le cas échéant, à la force appropriée et nécessaire pour faire respecter la loi », ajoutant que « dans le cas du recours excessif à la violence il est de mon devoir en tant que ministre de la Justice et des libertés de demander l’ouverture d’une enquête et de poursuivre quiconque ayant enfreint la loi ».

M. Ramid a, en outre, exprimé la volonté du ministère d’entamer un dialogue avec les grévistes en présence des juristes et des professionnels afin de mettre un terme aux grèves et aboutir à une paix sociale.

Mots Clefs:
Gouvernement

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *