le PDG de la Royal Air Maroc exclut une privatisation de la compagnie aérienne

le PDG de la Royal Air Maroc exclut une privatisation de la compagnie aérienne
0 commentaires, 25/02/2012, Par , Dans Economie

Le PDG de la compagnie aérienne marocaine Royal Air Maroc (RAM) Driss Benhima a exclu la privatisation de la compagnie qui est en butte à des difficultés financières depuis 2008 et qui a lancé un plan restructuration de l’entreprise.« Il n’y a aucun projet en marche concernant la privatisation de la RAM, ni partiellement ni totalement. Nous sommes en train de fabriquer une vision d’avenir », a déclaré Driss Benhima au dernier numéro du Magazine « MarocHebdo international ».

Il a ajouté que dans le cadre de cette vision « nous avons lancé un appel d’offres afin de désigner un cabinet de conseil stratégique qui va nous aider à proposer à l’Etat, qui est le propriétaire, une nouvelle stratégie de développement de la compagnie ».

Parmi ces options, a-t-il dit, « il y a l’ouverture du capital en bourse, la recherche d’un partenaire financier et la recherche d’un partenaire industriel minoritaire qui soit une compagnie aérienne ».

Dans le cadre de la restructuration de la RAM, 1.487 employés ont bénéficié de l’opération de départ volontaire dont l’objectif est de libérer 1560 salariés, conformément au contrat-programme signé entre l’Etat et le groupe en septembre 2011, a déclaré mercredi M. Benhima devant le parlement.

Le contrat-programme prévoit également l’engagement du gouvernement marocain à apporter sa contribution au plan d’investissement et de restructuration de la RAM en l’accompagnant dans son plan de restructuration de 9,3 milliards de dirhams (1 euro=11 DH environ) à hauteur d’une contribution de 1,6 milliard de DH durant la période 2011-2016.

L’objectif de ce contrat est de permettre à la compagnie d’honorer ses engagements financiers, d’optimiser le réseau, d’améliorer la qualité de service et de réduire ses charges d’environ 1 milliard de DH par an.

Il prévoit également de réadapter la compagnie à la libéralisation du ciel marocain et d’arriver en 2015 à une flotte moderne.

La RAM dont la situation financière s’est dégradée depuis 2008 notamment suite à une concurrence féroce des compagnies low-cost étrangères a mis en Âœuvre un plan de restructuration interne prévoyant la suppression de 1.560 postes à l’horizon 2013, sur un effectif total de 5.400 du personnel au sol, toutes fonctions et métiers confondus.

Il vise également à réduire la flotte de l’entreprise, composée de 54 aéronefs divers (4 Airbus 321, et différents modèles de Boeing) de dix appareils.

L’objectif de cette opération est de diminuer progressivement les coûts liés notamment à la maintenance, la révision des moteurs et les stocks.

Il s’agit de rajeunir la flotte pour la ramener à un âge inférieur à cinq ans et de réduire de 20% le coût par siège dans un délai de 4 à 5 ans. Le transporteur est en butte à une conjoncture marquée par une augmentation du prix du carburant.

C’est le deuxième plan de restructuration de la RAM depuis sa création en 1957.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *