Le ministre israélien de l’Économie Naftali Bennett exclut l’idée d’un État palestinien

Le ministre israélien de l’Économie Naftali Bennett exclut l’idée d’un État palestinien
0 commentaires, 17/06/2013, Par , Dans Monde

Le ministre israélien de l’Économie et chef du parti nationaliste religieux Foyer juif, Naftali Bennett, a exclu lundi l’idée d’un État palestinien, évoquée dans le cadre d’un règlement permanent du conflit. 

« L’idée qu’un État palestinien sera créé sur la terre d’Israël est dans une impasse », a déclaré M. Bennett, utilisant le terme biblique qui désigne la zone comprenant aujourd’hui l’État d’Israël et la Cisjordanie.

« Jamais, dans l’histoire d’Israël, autant de gens n’ont investi autant d’énergie dans quelque chose d’aussi inutile », a-t-il déclaré lors d’une conférence du conseil de Yesha, l’organisation représentant les colons de Cisjordanie à Jérusalem, dans des déclarations diffusées par la radio.

« Le plus important pour la terre d’Israël est de construire, construire, et construire », a ajouté Naftali Bennett, dont le parti soutient la colonisation des Territoires palestiniens.

Cette prise de position intervient après que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dû publiquement la semaine dernière réitérer son soutien aux efforts du secrétaire d’État américain John Kerry pour parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens.

« Cet accord sera fondé sur un État palestinien démilitarisé qui reconnaît l’État juif, et sur des mesures de sécurité fermes, assurée par l’armée israélienne », a déclaré M. Netanyahu, à la suite des propos de son vice-ministre de la Défense Danny Danon selon lesquels le gouvernement ne soutiendrait pas une solution à deux États.

M. Bennett a également critiqué la réticence des dirigeants israéliens à affirmer que la Cisjordanie appartenait au « peuple d’Israël ». « Il n’y a jamais eu d’État palestinien ici, et nous n’avons jamais été des occupants, nous sommes ici chez nous », a-t-il estimé.

Le ministre, ancien président de Yesha, entré au gouvernement à l’issue des élections de janvier, a toujours exprimé son opposition à une solution à deux États.

Mots Clefs:
Gouvernement

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *