Le ministre de la Santé réclame à M. Chabat des excuses publiques pour ses propos lors d’une émission télévisée

Le ministre de la Santé réclame à M. Chabat des excuses publiques pour ses propos lors d’une émission télévisée

Le ministre de la Santé, El Hossein El Ouardi, a demandé au secrétaire général du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, de s’excuser publiquement pour les propos qu’il a tenus lors de l’émission « 90 minutes pour convaincre » diffusée jeudi dernier par la chaîne Medi1 TV, ajoutant qu’il se réserve, avec son parti, le droit de recourir à la justice.

Dans un communiqué parvenu lundi à la MAP, M. El Ouardi est revenu sur les accusations formulées nommément à son égard par le SG de l’Istiqlal, invité au plateau de l’émission à coté de Rachid Talbi Alami du Rassemblement national des indépendants (RNI), « concernant une lettre anonyme, non datée (…) donc sans aucune valeur juridique et ne pouvant être citée comme preuve ».

« Après lecture de cette lettre, qui m’a été transférée par M. El Habib Choubani, ministre chargé des Relations avec le parlement et la société civile,

je n’y ai trouvé aucune référence à ma personne, ni de près ni de loin, ni implicitement ni explicitement », a assuré M. El Ouardi, qui précisé avoir transmis, à son tour, le document en question au doyen par intérim de la Faculté de médecine et de pharmacie.

Tout en soulignant son intention de s’abstenir de tout acte pouvant nuire à son image, M. El Ouardi affirme ne pas saisir « les motifs derrière le dévoilement en ce moment précis de cette question qui devait, en toute logique, être soulevée en février 2012, soit 10 mois auparavant ».

« Je dis à tous ceux qui croient en l’Etat des institutions qu’il existe dans notre pays une institution judiciaire capable de rendre justice aux ayants droit », a-t-il dit.

Et le ministre d’indiquer qu’il publiera un communiqué conjoint avec M. Choubani, pour mettre en évidence le fait qu' »il s’agit d’une lettre anonyme sans aucune valeur juridique et pour réaffirmer le climat de cohérence qui prévaut actuellement entre les différentes composantes du gouvernement ».

Après avoir rappelé le rapport de la Cour des comptes dont une délégation « s’est rendue à la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca et a procédé au controle de ses audits et de ses modes de gestion », M. El Ouardi a exprimé sa fierté, en tant que ministre et citoyen, d’appartenir au Parti du progrès et du socialisme (PPS) et à la coalition gouvernementale, ainsi que des relations historiques entre le PPS et le parti de l’Istiqlal.

Mots Clefs:
Casablanca

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *