Le Maroc retire sa confiance à Christopher Ross

Le Maroc retire sa confiance à Christopher Ross

Le Maroc a décidé jeudi de retirer sa confiance de l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, lui reprochant de « s’écarter » des grandes lignes qui ont été tracées par les négociations dans le Conseil de sécurité, a indiqué jeudi le gouvernement marocain dans un communiqué.

Qualifiant ses décisions de « partiales et déséquilibrées », le gouvernement marocain a souligné, dans un communiqué, que « les comportements contrastés de M. Ross qui s’écartent des grandes lignes tracées par les négociations dans le Conseil de sécurité. Pour cela, ajoute le communiqué, le Maroc a décidé de retirer sa confiance » de l’envoyé personnel du secrétaire général de l’Onu au Sahara occidental.

Le diplomate américain a été désigné, en janvier 2009, en qualité d’envoyé spécial du secrétaire général de l’Onu, M. Ban Ki-moon,

Une campagne médiatique est menée par la presse marocaine, depuis quelques jours, contre Ross lui reprochant d’être derrière le rapport du SG de l’ONU présenté au Conseil de sécurité qui a réaffirmé, dans sa résolution 2204, la solution permettant « l’autodétermination du peuple sahraoui », tout en insistant sur la nécessité d’une « totale liberté » de mouvement de la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso).

Adoptée à l’unanimité, le 24 avril dernier, la résolution 2204 a souligné que le Conseil de sécurité « appelle les parties (Front Polisario et Maroc) à poursuivre les négociations sous les auspices du secrétaire général de l’Onu, sans conditions préalables et de bonne foi, en vue de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable, qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d’accords conformes avec les buts et principes de la Charte des Nations unies ».

Cette résolution, qui a prolongé d’une année le mandat de la Minurso, a également exigé des autorités d’occupation marocaine « d’améliorer la situation des droits de l’homme » dans ces territoires.

Dans son rapport au Conseil de sécurité, M. Ban avait dénoncé les obstacles posés par le Maroc à la Minurso, rappelle-t-on.

Il avait regretté que des « entraves » empêchent toujours la Minurso d’accomplir « pleinement » sa mission et de s’acquitter de son mandat de « manière crédible » dans les territoires sahraouis occupés.

« La Minurso n’est ni dans la capacité d’exercer pleinement ses fonctions de surveillance de maintien de la paix et d’observation, ni ne dispose de toute l’autorité pour contrecarrer l’effritement » de son role, a-t-il déploré.

Pour rétablir la pleine autorité de la Minurso, M. Ban avait appelé le Conseil de sécurité à apporter son appui afin de soutenir cet instrument de maintien de la paix.

Il y a quelques semaines, le responsable de la Minurso, M. Hani Abdelaziz, avait exprimé la disposition de la mission qu’il dirige à appliquer « rapidement » la mise en oeuvre des décisions du Conseil de sécurité afin de « concrétiser le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination ».

La 9e réunion informelle entre le Front Polisario et le Maroc, tenue en mars dernier à Manhasset (New York), n’avait enregistré aucune avancée majeure dans les négociations entre les deux parties lesquelles devrait se rencontrer en juin et juillet prochains pour d’autres nouveaux rounds informels, rappelle-t-on.

Christopher Ross avait indiqué que chacune des deux parties au conflit « a continué à rejeter la proposition de l’autre comme base unique des négociations à venir, tout en réitérant leur volonté de travailler ensemble afin de trouver une solution politique conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nation unies ».

Le Sahara occidental est la dernière colonie en Afrique. Il est considéré comme territoire non-autonome par l’Onu depuis 1966.(APS)

Mots Clefs:
MarocSahara

À propos Ahmed Belaarej

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *