Le gouvernement prépare un projet de loi exhaustif visant l’introduction de la finance islamique dans le système bancaire marocain (Boulif)

Le gouvernement prépare un projet de loi exhaustif visant l’introduction de la finance islamique dans le système bancaire marocain (Boulif)

Un projet de loi exhaustif relatif à l’introduction de la finance islamique dans le système bancaire marocain est en cours d’élaboration

, a affirmé le ministre délégué chargé des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Najib Boulif.

Dans un entretien accordé au quotidien +Attajdid+, M. Boulif a précisé que ce projet, actuellement en examen, pourra être fin prêt prochainement, relevant que 2012 sera une année décisive sur le plan du développement de tout ce qui a trait à la finance islamique.

Le ministre a souligné que le « Fonds de la Zakat », qui existe par la force de la loi sous l’appellation « le fonds spécial Zakat » mais non mis en oeuvre, pourrait subir de nouveaux amendements et devrait être opérationnel à partir de 2013.

Concernant le projet de la loi de finance 2012 qui sera présenté au Parlement jeudi, M. Boulif a relevé que ce projet comprend nombre de dispositions sociales et économiques qui donneront un nouveau souffle à l’action du gouvernement.

Les grandes lignes de ce projet se résument en la réduction du déficit budgétaire de 6,1 à 5 pc, la création d’un fonds de solidarité orienté essentiellement aux catégories sociales pauvres avec une enveloppe de 2 milliards de dirhams annuellement, a-t-il dit, ajoutant que pour la première fois depuis 13 ans, le projet de loi de Finances devra favoriser la création de 26.000 postes d’emplois, contre une moyenne de 11.000 postes durant les trois dernières années et 7.000 postes pour les cinq dernières années.

Le Projet de loi de Finances, a-t-il ajouté, compte plusieurs mesures fiscales pour la création d’un équilibre dans l’intérêt des catégories les plus démunies. Pour la réforme de la caisse de compensation, le ministre a souligné qu’une vision claire sera disponible, avant l’été prochain, sur le fonctionnement, la réforme et mécanismes d’intervention de cette caisse.

Par ailleurs, M. Boulif a indiqué que la Constitution de 2011 a, pour la première fois, consacré un chapitre à la bonne gouvernance qui ne peut être mise en oeuvre sans une lutte acharnée contre la corruption, estimant que la gouvernance reste le meilleur moyen pour assurer une bonne gestion de tous les aspects de la société.

À propos Mouna Naciri

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *