Le dialogue national sur le système judiciaire va aboutir à l’adoption d’une « charte nationale de réforme de la justice »

Le dialogue national sur le système judiciaire va aboutir à l’adoption d’une « charte nationale de réforme de la justice »

Le ministre de la justice et des libertés, M. Mustafa Ramid, a annoncé que le dialogue national sur le système judiciaire, lancé par son département

, va aboutir à l’adoption d’un document de référence qui doit être considéré comme « une charte nationale de la réforme de la justice ».Dans un entretien accordé à la MAP à Ouarzazate à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire lundi dernier, M. Ramid a précisé que cette concertation, qui se tiendra avec la participation de l’ensemble du corps de la justice sans exclusion, et qui concernera toutes les régions du Maroc, va être « un véritable dialogue national » que ce soit en ce qui concerne son étendue géographique ou sa globalité, ajoutant que la société civile va également y être associée afin d’enrichir le débat.

M. Ramid a, par ailleurs, assuré que son département tient à ce que ce dialogue marque une rupture avec les anciennes méthodes limitant le dialogue aux seuls hauts responsables, soulignant que le ministère va oeuvrer à impliquer tous les intervenants, quel que soit leur rang hiérarchique. Dans ce contexte, le ministre prone une « une approche qui refuse de se restreindre aux juges qui restent, toutefois, les acteurs principaux de ce dialogue ».

Il a ensuite qualifié cette première rencontre de « franche et responsable », notant que celle-ci intervient suite à d’autres rencontres qui ont réuni les différentes organisations représentant les corps des métiers de la justice, notamment les avocats, les adouls et les notaires.

Des rencontres similaires sont prévues avec d’autres composantes, tel que le syndicat des greffiers, a fait savoir le ministre.

Les recommandations adoptées à l’issue des différents rencontres et débats organisés au niveau des circonscriptions locales, seront présentées lors de la rencontre nationale pour servir de plateforme à la charte nationale de la réforme de la justice, a dit M. Ramid, appelant, à cet égard, l’ensemble des acteurs à se mobiliser pour gagner le pari de la réforme et rétablir la confiance des justiciables.

Le ministre a par ailleurs affirmé que sa présence à l’ouverture de la nouvelle année judiciaire à la cour d’appel de Ouarzazate, après s’être rendu à la cour de cassation et aux cours d’appel de Rabat et de Casablanca, reflète l’intérêt qu’accorde son département à cette circonscription.

M. Ramid s’est dit également au fait des insuffisances dont souffrent certaine juridictions en termes d’équipements et de ressources humaines, assurant qu’il veillera à une répartition plus équitable des moyens disponibles sur l’ensemble des tribunaux.

Et de conclure que le chantier de la réforme auquel aspire l’ensemble des Marocains et à leur tête SM le Roi Mohammed VI, requiert des efforts supplémentaires pour doter le secteur de moyens nécessaires et réunir les conditions garantissant une carte judiciaire homogène au niveau de l’ensemble du territoire national.

Mots Clefs:
justiceMaroc

À propos Ghita Senhaji

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *