L’agitation de Hamid Chabat fait passer Benkirane pour un homme calme

L’agitation de Hamid Chabat fait passer Benkirane pour un homme calme
0 commentaires, 22/06/2013, Par , Dans Chroniques

le SG de l’Istiqlal, Hamid Chabat « continue de consacrer un Tour du Maroc à des philippiques enflammées contre le PJD, son leader et le gouvernement qu’il dirige », ajoutant que « les jours et les semaines passent et Hamid Chabat se morfond et désespère, au point où il commence, ainsi que certains de ses féaux, à perdre patience et sang froid ».

« L’agitation de Chabat, qui, du coup, fait passer Abdelilah Benkirane pour un homme calme, posé et responsable, ne fait qu’accentuer l’image d’impuissance qu’il projette au devant de la scène publique », fait-il observer, précisant que « les citoyens considèrent, de plus en plus, que Chabat, qui a cru utile ou intelligent de solliciter l’arbitrage royal pour un différend entre deux partis politiques, au risque de provoquer une crise institutionnelle, n’a d’autre voie que l’attente, sans visibilité aucune, sachant qu’en fait il n’y a rien d’autre que crise politique, laquelle, selon la lettre et l’esprit de la Constitution, ne commande nullement un arbitrage royal ».

Et de poursuivre que « suspendu à un bon vouloir qu’il ne maîtrise pas, Chabat perd crédibilité et consistance politique », relevant que « cette situation, en fait, affaiblit fortement sa position et celle de ses amis, et prouve, sans nul doute, que la décision historique du Conseil national de quitter le gouvernement, en mai dernier, s’avère être une erreur stratégique majeure ».

Car, in fine, explique-t-il, « qu’il bénéficie ou non d’une audience royale, il est clair désormais que Hamid Chabat n’obtiendra pas ce qu’il demande. Dans le meilleur des cas, pourra-t-il espérer un remodelage en surface de la structure gouvernementale », estimant que c’est « une hypothèse qui perd de sa force de jour en jour à en juger par l’attitude des autres partis de la coalition qui campent sur leurs positions alors que le PI s’agite frénétiquement ». Et de conclure que « Hamid Chabat est entré en politique comme d’autres montent sur un ring. Sonné, mais pas KO, il perd aux points, dès les premiers rounds! ».

Mots Clefs:
Maroc

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *