La réussite du Maroc dans sa lutte contre les bidonvilles est le résultat des « politiques réformistes audacieuses »

La réussite du Maroc dans sa lutte contre les bidonvilles est le résultat des « politiques réformistes audacieuses »

La réussite du Maroc dans la lutte contre les bidonvilles est à mettre à l’actif des engagements adossés à des politiques réformistes audacieuses ainsi qu’à l’intervention d’urbanisme et de politique économique équitable pour prévenir toute extension des bidonvilles, a fait savoir, lundi à Rabat, le directeur des projets, ONU habitat, Alioune Badiane.

Présentant les objectifs de la conférence internationale, organisée autour du thème « Sortir des bidonvilles : un défi mondial pour 2020 », M. Badiane a salué les efforts du Maroc qui s’est résolument inscrit sur la voie de la lutte contre les bidonvilles, efforts récompensés en 2010 par l’ONU qui lui avait décerné le prix d’honneur « habitat 2010 ».

Le responsable onusien a, par ailleurs, mis en valeur le partenariat liant le Maroc et l’ONU, depuis déjà 20 ans, et qui a été couronné par des résultats louables.

« L’engagement du Maroc lui vaut aussi de figurer parmi les pays qui s’inscrivent dans la déclaration du millénaire et de sa cible sur les bidonvilles et qui ambitionne à l’horizon 2020 d’atteindre l’objectif de villes sans bidonvilles », a-t-il ajouté.

En effet, le plan d’action de l’ambitieux programme « ville sans bidonvilles » du Maroc, lancé depuis 2004 et appuyé par SM le Roi Mohammed VI, a été qualifié d' »exceptionnel », vue que peu de pays pourrait avoir cet audace de définir un plan national portant sur cet objectif.

« Inclure les bidonvilles dans une politique nationale de l’habitat et de l’urbanisme représente un défi majeur à relever », a soutenu, pour sa part Daniel Biau, expert international.

Par ailleurs, M. Badiane a souligné que les villes sont une force d’un traitement majeur pour le développement et la prospérité, tout en regrettant l’absence d’une répartition équitable de cette prospérité, car une proportion importante de la population reste privée des avantages que peuvent apporter les villes et les centres urbains.

« Les bidonvilles sont devenues des zones d’habitation caractérisées par l’isolement social et économique », a-t-il indiqué.

Citant la relation existant entre l’urbanisation et la modernisation d’industrialisation et de développement économique, M. Badiane a expliqué que la croissance économique, les évolutions sociales et politiques et les avancés des sciences et des techniques sont le résultat direct d’un processus intégré d’urbanisation.

Selon lui, les bidonvilles relèvent de la problématique du développement qui est le résultat de carence politique des législations et des systèmes d’offre de logement mais aussi des politiques nationales et municipales. « C’est une faillite des politiques publiques », a-t-il jugé.

Abordant l’objectif de l’ONU habitat 2010, M. Badiane s’est félicité du fait que l’objectif des bidonvilles des millénaires ait été dépassé, ce qui signifie qu’au bout de 10 ans (2000-2010), 227 millions de personnes ont été libérées des conditions de vie inhumaines.

Cette conférence, qui se veut un rendez-vous d’échange et de partage des expériences et pratiques pour la lutte contre les bidonvilles, est également l’occasion pour proposer des recommandations susceptibles d’améliorer la stratégie de lutte contre ce phénomène, tout en clarifiant les opportunités qu’elle peut apporter

en termes d’emploi et de développement socio-économique.

Cette manifestation internationale rassemble des représentants d’institutions internationales, des agences relevant de l’ONU, des Organisations non gouvernementales internationales, en plus de participants marocains représentant différentes instances gouvernementales et élues ainsi que de la société civile.

Elle réunit les 20 pays les plus performants dans l’élaboration et la mise en Âœuvre des politiques d’habitat et de résorption des bidonvilles (Top20) en plus de 21 pays, principalement arabes et africains, et d’une vingtaine d’institutions internationales.

Mots Clefs:
Maroc

À propos Ghita Senhaji

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *