La reconnaissance de la prétendue +RASD+, une démarche +irresponsable et contreproductive+

La reconnaissance de la prétendue +RASD+, une démarche +irresponsable et contreproductive+
0 commentaires, 12/12/2012, Par , Dans Politique

La reconnaissance par le Parlement suédois de la prétendue +RASD+ est une démarche +irresponsable+ vis-à-vis de la recherche d’une solution politique à la question du Sahara, de l’inquiétante situation sécuritaire au Sahel et de l’édification de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), a affirmé mercredi l’eurodéputé français, Gilles Pargneaux.

Adopter une position de franc-tireur comme l’a fait le Parlement suédois sur le conflit du Sahara, qui doit trouver une solution sous l’égide de l’ONU, +est tout à fait inutile et contreproductif+, a souligné le député européen socialiste dans un communiqué, notant qu’il est du devoir des diplomates et hommes politiques européens de favoriser une solution politique et pacifique à ce différend régional.

M. Pargneaux, qui a rappelé que le gouvernement suédois a fait savoir clairement que la prétendue +RASD+ ne remplit pas les critères pour être reconnue comme un Etat à part entière, a indiqué que le Polisario n’a absolument pas le controle de son territoire et que +le trafic d’armes, de drogues, la traite d’êtres humains et le recrutement de terroristes sont le quotidien des habitants des camps de Tindouf+.

De ce fait, laisser penser qu’un territoire soumis aux tensions terroristes et aux frontières aussi poreuses que la prétendue +RASD+ peut être autonome, est totalement +inconscient et dangereux+, a-t-il averti.

Il a également fait observer que le Sahel, région limitrophe des camps de Tindouf dans le sud algérien, est la frontière géopolitique de l’extrême Sud de l’Union européenne et que pour toutes ces raisons-là +nous ne pouvons pas permettre qu’un Etat Polisario devienne un sanctuaire pour les terroristes qui sévissent dans le nord Mali+.

Le président du Groupe d’amitié Maroc-UE au Parlement européen a tenu, à cet égard, à souligner que la proposition d’autonomie au Sahara sous souveraineté marocaine est le gage d’une sécurité que la reconnaissance de la prétendue RASD n’apportera jamais.

La proposition marocaine d’autonomie est +le gage d’une stabilité et d’une fin des tensions entre le Maroc et l’Algérie+, chose qui favorise l’éclosion de l’UMA, a-t-il soutenu, relevant que sans cet état de fait, l’union maghrébine est vouée à l’échec alors qu’elle pourrait être le meilleure partenaire de l’UE pour peser face aux puissances économiques émergentes de la mondialisation.

En reconnaissant la prétendue +RASD+, le Parlement suédois a apporté une pierre de plus à la montagne de difficultés qui empêchent l’avènement du l’UMA, a-t-il déploré.

Le Parlement suédois a adopté le 5 décembre courant une motion, présentée par des formations de l’opposition, appelant le gouvernement à reconnaitre la prétendue +RASD+.

Faisant partie d’un rapport global traitant de la situation dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du nord, la motion avait fait l’objet d’une réserve du gouvernement suédois.

Suite à cette motion, la Suède a fait savoir qu’elle n’a pas l’intention de reconnaitre la prétendue +RASD+, une entité qui, pour Stockholm, ne remplit aucun des critères de reconnaissance à savoir un territoire, un peuple et une autorité effective.

Mots Clefs:
MarocSahara

À propos said boulif

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *