La publicité des boissons alcoolisées et la protection des mineurs

La publicité des boissons alcoolisées et la protection des mineurs
0 commentaires, 05/06/2012, Par , Dans Chroniques, Couverture

Certaines prises de positions sont à retenir et incitent au respect de leurs auteurs, non pas en raison du fait qu’ils partent du même point de vue que leurs contradicteurs, mais parce qu’ils respectent les fondements de leurs thèses et de leurs projets, et aussi parce qu’ils procurent aux autres, qui ont des vues différentes, l’occasion de chercher les points de convergence.

Parmi ces personnes, on peut citer Omar Balafrej, le directeur de la Fondation Abderrahim Bouabid, qui a déclaré lors d’une courte interview accordée à un quotidien de la place son soutien au projet de loi présenté par le groupe PJD au parlement et portant sur une interdiction définitive de la publicité des boissons alcoolisées sur la presse écrite marocaine ; Balafrej a été plus loin encore lorsqu’il a proposé aussi de ne plus autoriser l’ouverture de débits de boissons aux environs des écoles, au titre de la protection des mineurs et dans l’objectif d’instaurer un Etat de droit.

Les choses sont simples, l’homme n’a rien fait de plus que dévoiler sa conception qui fait de la protection des mineurs un élément central ; il a donc exposé son idée loin de tous calculs politiques.

Le problème, en revanche, c’est que certains qui se disent modernistes et bien qu’ils partent des mêmes principes intellectuels, n’ont pas adopté la même position ; ainsi donc, au lieu d’axer sur la protection des mineurs, ils ont préféré faire une lecture autre du projet de loi présenté par le PJD, dressant un parallèle avec l’affaire des cahiers des charges de l’audiovisuel public, qui prévoyaient l’interdiction de la publicité pour les jeux de hasard. Ces gens ont donc rapproché les deux questions – des jeux d’argent et des alcools – et en ont fait un seul et unique point qu’ils ont appelé « le conservatisme religieux », mettant en garde contre une répercussion sur les libertés individuelles !!

Il est évident qu’il existe une différence entre les deux approches sur cette question, celle des forces modernistes et celle des courants islamistes, mais cette différence n’indique pas pour autant l’absence d’un espace de convergence sur lequel les deux thèses peuvent être d’accord. Ainsi, le camp moderniste ne fait pas montre de cette grande souplesse qui est celle de certains de ses membres ; en effet, les tenants de la thèse dite moderniste dessinent une ligne de démarcation claire entre ce qui relève des libertés individuelles et ce qui porte sur la protection des mineurs, faisant dans ce cas montre de la plus grande fermeté en matière de vente et de publicité des produits alcoolisés.

Quant à la méthodologie retenue par les courants islamistes, elle part aussi du principe de la protection des mineurs en ce sens que cela signifie pour eux une baisse des dégâts occasionnés par l’alcool, puis une réduction graduelle du nombre des débits de boissons, qui va de pair avec la protection des générations montantes, tout cela entrant dans le cadre d’une meilleure réalisation des objectifs souhaités et une plus efficace réduction des nuisances possibles.

On voit donc l’existence d’une base commune à partir de laquelle il faudrait s’élancer pour aller de l’avant, si tant est que certains membres du courant moderniste s’abstiennent de politiser leurs positions et donc de masquer leurs préalables idéologiques.

Aujourd’hui, le Maroc n’est pas appelé seulement à accomplir ce pas qui lui permettrait de rejoindre ses voisins qui ont réussi leurs transitions démocratiques, mais il est demandé à l’ensemble de ses forces vives d’inaugurer une nouvelle ère de débat intellectuel et politique qui se fonderait sur la recherche des points de divergence, loin des calculs politiciens étroits.

Il est ainsi du droit des modernistes et des islamistes de revenir à leurs référentiels, même s’ils divergent, mais il existe toujours des plateformes communes qu’il ne faudrait pas négliger, ni y introduire des considérations politiques et idéologiques qui dissimuleraient les principes et les limites de ces plateformes. Ainsi, si la protection des mineurs implique la nécessité d’interdire la publicité des alcools et l’ouverture de débits de boissons à proximité des établissements scolaires, il serait tout à l’honneur des modernistes de prendre les devants pour proposer et défendre les projets législatifs qui vont dans ce sens.

Mots Clefs:
Maroc

À propos IBERGAG

Auteurs Anonyme contribuant a l'actualité sur le site communautaire http://ibergag.com

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *