La Palestine devient Etat observateur à l’ONU

La Palestine devient Etat observateur à l’ONU

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dénoncé jeudi soir le discours « diffamatoire et venimeux » du président palestinien Mahmoud Abbas, dans lequel il a demandé à l’Assemblée générale de l’ONU d’octroyer à la Palestine le statut d’Etat observateur à l’ONU.

« Le monde a regardé un discours diffamatoire et venimeux rempli de propagande fallacieuse contre l’armée israélienne et les citoyens d’Israël. Quelqu’un qui veut la paix ne parle pas comme cela », a indiqué un communiqué de son bureau.

« La décision de l’ONU (sur le nouveau statut des Palestiniens) ne changera rien sur le terrain. Il n’y aura pas d’Etat palestinien sans arrangements garantissant la sécurité des citoyens d’Israël », a déclaré le Premier ministre.

« En présentant leur demande à l’ONU, les Palestiniens ont violé leurs accords avec Israël, et Israël agira en conséquence », a-t-il encore dit.

Il a ainsi fait allusion aux accords d’Oslo (1993) qui prévoient que la création d’un Etat palestinien doit être le fruit de négociations de paix israélo-palestiniennes et non d’une initiative unilatérale.

« A nouveau, Abou Mazen (surnom de M. Abbas) a prouvé qu’il n’est absolument pas intéressé à faire la paix », a réagi le chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman, dans des propos cités par la radio publique israélienne.

Interrogé à la radio, le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon a de son coté déclaré: « Aujourd’hui, nous ne sommes plus tenus par nos accords avec les Palestiniens, et nous agirons en fonction de nos intérêts (…) La poussière doit s’accumuler sur le discours d’Abbas ».

« La communauté internationale a une fois de plus fait la preuve de son irresponsabilité », a ajouté M. Ayalon.

Le président Abbas a invité jeudi l’Assemblée générale de l’ONU à signer l »‘acte de naissance » d’un Etat palestinien en lui octroyant le statut d’Etat observateur à l’ONU.

Il a affirmé que ce vote constituait la « dernière chance de sauver la solution à deux Etats » (Israël et un Etat palestinien) et a promis de « tenter de ranimer les négociations » de paix avec Israël, au point mort depuis plus de deux ans.

« Nous ne sommes pas venus ici pour compliquer le processus de paix (..) mais pour tenter un dernier effort sérieux pour faire la paix », a promis M. Abbas.

« Cependant, par-dessus tout, j’affirme que notre peuple ne renoncera pas à ses droits nationaux inaliénables, définis par les résolutions de l’ONU », a-t-il souligné.

Il a également fait plusieurs références dans son discours à « la récente agression israélienne » contre Gaza, qui a pris fin il y a une semaine, affirmant que l’armée israélienne s’était comportée « de manière barbare et horrible ». « Le moment est venu pour le monde de dire clairement: assez d’agression, d’implantations et d’occupation », a-t-il déclaré.

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *