La marocaine Khadija Arib était sur le point d’être à la tête du Parlement néerlandais

La marocaine Khadija Arib était sur le point d’être à la tête du Parlement néerlandais

A quinze ans, Khadija Arib rejoint son père, immigré en Hollande. En 1993, elle fait ses premières armes au sein du parti travailliste. Cinq ans plus tard, elle devient députée, et  mardi soir  elle était sur le point d’être la première femme musulmane  à la tête du Parlement européen…

Anouchka van Miltenburg, une ex-journaliste, a remporté la course face à la députée d’origine marocaine (parti travailliste), Khadija Arib, au terme du 3-ème tour après l’élimination de Gerard Schouw du parti Democrates-66, en devenant la nouvelle présidente de la 2-ème chambre du parlement néerlandais.

La nouvelle présidente (45 ans) a obtenu 96 des 146 voix exprimés, succédant ainsi à Gerdi Verbeet (parti travailliste ûPvdA-), partie en retraite après six ans à la tête de la chambre basse, rapporte la presse néerlandaise.

Khadija Arib était donc sur le point d’être la première femme musulmane  à la tête du Parlement européen. Et ce succès est plutot le symbole d’une parfaite intégration d’une d’immigrée marocaine dans la société néerlandaise.

Pour ceux qui ne la connaissent, Khadija Arib (née à Hedami (Maroc) le 10 octobre 1960) est une politicienne néerlandaise d’origine marocaine (et donc binationale). Elle a siégé à la Chambre des députés de 1998 à 2006 pour le Parti travailliste, et elle y siège à nouveau depuis le 1er mars 2007. En tant que ressortissante marocaine, elle est par ailleurs membre d’un groupe de travail sur les migrations au sein d’un organe officiel de l’État marocain, le Conseil Consultatif des Droits de l’Homme.

Khadija Arib est une femme modèle à imiter…

Mots Clefs:
Maroc

À propos François Deville

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *