La lutte contre la corruption, une priorité dans le programme du gouvernement

La lutte contre la corruption, une priorité dans le programme du gouvernement

La lutte contre la corruption est une question prioritaire dans le programme gouvernemental, notamment en ce qui concerne le renforcement du role des institutions de controle, la consécration de leur indépendance et la mise en Âœuvre de leurs recommandations, a affirmé le chef du gouvernement, M. Abdelillah Benkirane.

Selon un communiqué de la Primature, M. Benkirane a souligné, lundi à Rabat lors d’une réunion consacrée à la définition des grandes orientations d’une stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption, que le gouvernement adopte une politique volontariste dans ce sens, s’inspirant des orientations royales visant à consacrer l’Etat de droit et des institutions et à lier la responsabilité à la reddition des comptes, et telles que contenues dans le discours du Souverain du 9 mars 2011. La politique du gouvernement est également en harmonie avec les nouvelles dispositions de la Constitution qui a institutionnalisé nombre de mécanismes de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption comme elle répond aux attentes des citoyens de vivre dans un Etat qui préserve leurs droits et de s’adresser à une administration qui sert leurs intérêts.

Le chef du gouvernement a, dans ce sens, rappelé les différentes mesures prises par le cabinet dans ce domaine en peu de temps depuis son investiture, en l’occurrence le lancement des travaux de la haute commission de dialogue sur la réforme de la justice sous l’égide de SM le Roi Mohammed VI, l’élaboration d’un nouvel arsenal pour les marchés publics, la facilitation des procédures administratives au profit des citoyens et des investisseurs et la promulgation d’une circulaire invitant les membres du gouvernement à assurer le suivi de la mise en Âœuvre des recommandations des rapports de la Cour des comptes. La circulaire invite également les membres du gouvernement à établir un inventaire de tous les conflits d’intérêt au sein des institutions de leur ressort, à Âœuvrer à y mettre un terme dans l’immédiat et à lancer des poursuites judiciaires chaque fois que les dysfonctionnements le requièrent.

M. Benkirane a en outre rappelé l’adoption des cahiers de charge dans le domaine audio-visuel qui conforte la bonne gouvernance dans le secteur, la diffusion d’une circulaire portant généralisation de la procédure du concours pour le recrutement dans les administrations et les institutions publiques et les mesures de lutte contre l’économie de la rente dans le secteur du transport et dans l’exploitation des carrières.

En dépit de tous ces efforts, a insisté M. Benkirane, le Maroc n’a toujours pas atteint les résultats escomptés. Le chef du gouvernement a, à ce titre, appelé à fournir « les efforts nécessaires pour rétablir la confiance du citoyen en le service public par le biais de mesures concrètes et réalistes à même de changer l’idée que se fait le citoyen de l’administration et qui soit susceptible de contribuer à améliorer l’image de notre pays auprès des autres nations.

Le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, M. Abdelâadim El Guerrouj, a pour sa part présenté un exposé sur le projet de la stratégie nationale, ses axes, la méthodologie proposée, les mécanismes et les délais requis, indique le communiqué. Il a également souligné la symbolique de la rencontre qui se tient au lendemain de la journée internationale de lutte contre la corruption, célébrée le 9 décembre.

Lors de cette rencontre, à laquelle ont pris part des membres du gouvernement et des représentants de l’instance centrale de prévention de la corruption, les participants ont relevé la nécessité d’un partenariat et d’une coordination entre le gouvernement, le secteur privé et la société civile pour garantir le succès des programmes sectoriels, des initiatives des institutions officielles et de la société civile et des roles dévolus aux institutions en charge de la gouvernance.

Mots Clefs:
CorruptionMaroc

À propos Ghita Senhaji

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *